ESPACES DE DISCUSSION : PARLONS TRAVAIL ENTRE SALARIES

Informations :

  • 06 décembre 2016
  • 17:43 - 17:43
  • MALAKOFF MEDERIC – 21 rue Lafitte 75009 PARIS

ESPACES DE DISCUSSION : PARLONS TRAVAIL ENTRE SALARIES

La commission nationale Qualité de vie au travail de l’ANDRH, en partenariat avec Psya, a organisé ce mardi 6 décembre à Paris, une matinale sur le thème « Espaces de discussion : donnons la parole aux salariés » dans les locaux de Malakoff Médéric. Une belle opportunité d’échanges de bonnes pratiques pour redonner de la place au collectif en entreprise.

Au programme

Trois ans après l’ANI, c’est l’heure d’un premier bilan pour les espaces de discussion. «Cette nécessité pour les salariés de pouvoir discuter de leur travail a en effet été intégrée par les partenaires sociaux dans l’accord national interprofessionnel sur la qualité de vie au travail (ANI QVT) de 2013», explique Christian Allies, directeur Aract Ile-de-France, délégué régional Anact. C’est dans cette optique que « la Commission nationale de la QVT de l’ANDRH a invité des experts à la fois issus des secteurs privé et public ainsi que de grandes et petites entreprises pour échanger entre professionnels RH et s’inspirer de bonnes pratiques», ajoute Christine Lecouteur, animatrice de la commission QVT. De manière opérationnelle, tout d’abord, il existe des lignes de conduite pour organiser les espaces de discussion.

L’Anact met à disposition un document téléchargeable intitulé « 10 questions sur les espaces de discussion ».

Mais il ne suffit pas de mettre en place des espaces de discussion, il faut aussi associer et convaincre tous les salariés : la direction, les managers et les organisations syndicales compris. Dans notre accord «Un avenir pour chaque postier», nous avons souhaité combler la non-congruence entre le discours et les actes ainsi qu’entre le travail réel et prescrit. Nos managers sont toujours présents et formés au sein des groupes de discussion», précise Marc Jourdan, chargé de mission au pôle Engagement et vie au travail à La Banque Postale et réseau La Poste. Au Conseil régional Auvergne Rhône- Alpes, l’agent a été mis au centre de la prévention des risques professionnels : les TMS sont la première cause de maladie professionnelle et d’accident du travail. « La parole de l’agent est au cœur du dispositif », raconte David Forest, responsable du service Santé prévention médiation. Même process chez le spécialiste du mobilier de bureau Steelcase avec une co-construction entre les RH, les salariés et les représentants du personnel. Mais pour développer l’intelligence collective, «cela demande beaucoup de lâcher prise, constate Pascale Richard, DRH chez Augé Microtechnic Group. Pour être dans un espace de confiance, il faut être vigilant sur l’écoute et l’action : quand on part dans une direction, quand on écoute, on fait !». «Le courage managérial, c’est le courage d’être soi tout en sortant de la posture de «petit chef» ajoute Marc Jourdan.

« Des petits groupes de discussion entre les experts invités et les participants ont permis d’aborder les facilités ou difficultés d’instaurer des espaces de parole en entreprise et leurs résultats », explique Chantal Wacquant, membre de la commission QVT de l’ANDRH. On apprend alors que certains éprouvent des difficultés à former leur encadrement. Pour d’autres, le repositionnement de la ligne managériale passe par un changement de posture de la direction, qui doit devenir apprenante.

« Les espaces de discussion ne sont pas une finalité mais un moyen », précise Cyrielle Delacourt, Human Resources Business Partner de Steelcase qui a constaté grâce à un fourmillement d’initiatives, un renforcement des liens entre les collaborateurs et une adhésion à la culture de l’entreprise. Au Conseil régional Auvergne Rhône- Alpes, le dispositif dont la finalité était la prévention des RPS a fait chuter l’absentéisme dans un lycée de 3,56% contre 8,40% et les accidents de travail à 2 au lieu de 15 auparavant dans un autre lycée. L’utilité et la valorisation des espaces de discussion ont bien fait l’unanimité.