Actualités

RH et modernisation des services de gestion des ressources humaines et transformation dans la fonction publique - par Emmanuel Grégoire

RH et modernisation des services de gestion des ressources humaines et transformation dans la fonction publique - par Emmanuel Grégoire

Le 5 avril, Emmanuel Grégoire actuel Adjoint à la mairie de Paris en charge des ressources humaines, des services publics et de la modernisation de l’administration est intervenu aux mardis d’Ile de France sur le thème « RH et modernisation des services de gestion des ressources humaines et transformation dans la fonction publique » devant une soixantaine de membres de l’ANDRH.

Cet élu, conseiller de Paris du 12ème arrondissement est également Président du « Groupe socialiste radical de gauche et citoyen » à la Mairie du 12ème et depuis juin 2015, premier secrétaire de la fédération PS de Paris. 

En propos introductif, Emmanuel Grégoire insiste sur le fait qu’il est très important de construire un partenariat privilégié avec l’ANDRH pour échanger sur nos organisations et partager les valeurs humaines et éthiques qui sont les nôtres : « nous avons besoin de l’appui de l’association pour échanger sur les problématiques liées à la transformation des organisations, à l’évolution des besoins, à l’échange de diagnostics, aux pistes de propositions identifiées ». Emmanuel Grégoire rappelle que les problématiques identifiées liées à la transformation des politiques publiques représentent un budget de 8 milliards d’euros et sont liées au statut de la fonction publique !

La révolution des politiques publiques ?

La révolution est en marche : une révolution numérique dont les administrations ne pourront pas faire abstraction. Elles se devront de répondre aux attentes des usagers pour correspondre aux modèles sociaux.

Non sans mal car les multiples mutations - souvent mises en cause - affectent les agents de la fonction publique. Ils sont les premiers à souffrir de ces altérations et d’un décalage entre leur univers de travail et les attentes d’une société en mouvement « il faut repenser les objectifs de l’action publique et ses moyens d’intervention » précise Emmanuel Grégoire.

Pour ce diplômé de l’institut d’Etudes Politiques de Bordeaux et licencié en philosophie, les axes majeurs d’amélioration se trouvent dans la clarification du rôle des responsables politiques et des gestionnaires, le principe d’adaptabilité du service public, le benchmark y compris à l’international, la place des enjeux humains au cœur de la modernisation, la responsabilisation des gestionnaires et la mesure et l’évaluation des politiques publiques « aujourd’hui, les agents sont en demande de simplification du cadre juridique de la fonction publique ; de la redistribution du pouvoir d’achat ; de la clarification de la fonction publique ».

Il souligne par ailleurs qu’en ces temps d’élections, les programmes électoraux des futurs candidats n’excluent pas de proposer « l’abandon de la fonction publique de carrière pour recourir à des salariés de droit privé ! »

Gestion des ressources humaines et transformations dans la fonction publique : les freins à lever ?

Aujourd’hui, on assiste à une accélération brutale du changement des emplois « ce sont des corps de métiers entiers qu’il faut accompagner et transformer ; cela représente un quart des métiers ». Le nombre de corps de la fonction publique d’Etat est passé de 700 en 2005 à 304 au 1er janvier 2016.

Plusieurs réformes récentes de la fonction publique se sont succédées pour répondre aux évolutions importantes de la fonction publique : des transformations massives depuis les années : 70 – RCB, LOLF, RGPP, la réorganisation des services déconcentrés de l’Etat (REATE), et plus récemment la réforme territoriales (fusion des régions) qui entrainent des changements importants pour les agents publics à savoir changement d’employeur, mobilité géographique et un accompagnement par une adaptation du statut.

Les objectifs de la loi sur la mobilité d’août 2009 visent à supprimer les obstacles juridiques et statutaires à la mobilité des fonctionnaires et à opter pour l’utilisation de différents outils financiers visant à encourager l’utilisation du droit à la mobilité ou à faciliter la mobilité obligatoire.

La transformation est en route, il devient plus que nécessaire d’adapter les concours aux nouveaux besoins (recrutement) et de savoir gérer l’allongement des carrières en s’appuyant notamment sur la formation (reconversion). Au sein de la Ville de Paris, 340 métiers sont recensés, une GPEC - digne de ce nom – et régie au cadre statutaire est en œuvre pour pallier les contraintes de pénibilité et la nécessaire reconversion des agents.

Les RH, acteurs de la transformation

Sur ce point Emmanuel Grégoire insiste sur la nécessité de faire des ressources humaine un acteur clé de la transformation pour stimuler l’innovation et l’adhésion.

Il « milite » pour un management ouvert et participatif, une place importante donnée à internet et des réseaux sociaux pour révolutionner les politiques publiques, un design thinking (une approche de l'innovation et de son management qui se veut une synthèse entre la pensée analytique et la pensée intuitive) !

En conclusion, quatre changements sont en phase : 

  • d’une innovation aléatoire à une approche systématique et consciente pour le renouveau du secteur public 
  • de la gestion des ressources humaines à la construction de capacité d'innovation à tous les niveaux de gouvernement 
  • de la gestion de tâches et de projets à l'orchestration de processus de co-création, créant des nouvelles solutions avec les agents/usagers, pas à leur place 
  • de l'administration d'organisations publiques à la conduite courageuse de l'innovation à travers et au-delà du secteur public.

Réagissez sur @Andrh_Officiel


Partager cette publication :

Articles similaires :

Vous devez être identifié pour laisser un commentaire