Actualités

Le prix du DRH numérique : en exclusivité l'article de la revue Personnel

Le prix du DRH numérique : en exclusivité l'article de la revue Personnel

Le prix du DRH numérique de l’année organisé par l’ANDRH a récompensé cinq entreprises et leurs équipes. Plus de 300 participants étaient présents au siège du groupe SoLocal, à Boulogne, pour ce troisième et grand rendez-vous digital RH qui a célébré le collaboratif à l’ère du numérique. 

« Il y a dix ans 70 % de notre chiffre d’affaires venait du papier avec les annuaires. Aujourd’hui, la tendance s’est inversée. Il provient du digital. » Julien Veyrier, DRH du groupe SoLocal, a ouvert cette troisième édition du prix du DRH numérique en évoquant cette révolution du digital. En 2014, l’ANDRH l’avait bien perçue, en étant précurseur dans le lancement du prix du DRH numérique. « Devenu une référence, ce prix - décerné en toute indépendance des fournisseurs et des intégrateurs - valorise des DRH, des équipes RH et des projets qui contribuent de façon décisive à la transformation digitale des organisations et à l’évolution de leur business model », a précisé Pierre-Marie Argouarc’h, le président du jury, directeur des relations humaines et de la transformation du groupe Française des jeux. 


Christophe Foglio (M6) est le DRH numérique 2016


De g. à d. : Jean-Michel Raikovitch, co-président ADETEM et membre du jury, Henri d’Agrain, DGA du CIGREF, Christophe Foglio (M6), le DRH numérique de l’année, Pierre-Marie Argouarc’h, président du jury, directeur des relations humaines et de la transformation groupe FDJ, Jean-Paul Charlez, président national de l’ANDRH. 

L’édition 2016 a donc consacré Christophe Foglio, DRH de M6 comme le DRH numérique de l’année. Si l’application dédiée, baptisée D2 a conquis le jury, ce prix récompense l’engagement du groupe M6 pour relever les défis de la révolution numérique et le rôle clé de la fonction RH dans cette transformation. « Le digital ne crédibilise pas la fonction RH, mais une fonction RH crédible mobilise le digital pour trouver des solutions inédites et concrètes », a précisé Christophe Foglio. Sa crédibilité, lui, il l’a acquise sur un projet de modernisation des antennes et des moyens de production et de diffusion des chaines du groupe de médias en tant que directeur des moyens technologiques. « Il faut impliquer les opérationnels, les écouter, échanger avec eux, obtenir leur adhésion à ces projets de transformation », conseille-t-il.


Capital humain et digital

S’appuyer sur le capital humain, l’expérience, tels sont aussi les enseignements de Gilles Babinet, invité d’honneur. Pour le « Digital Champion » de la France auprès de la Commission Européenne, la révolution digitale ne fait que commencer. « Quand vous visitez les start-up les plus emblématiques, elles valorisent avant tout chose à le capital humain. La grande force est d’être capable de faire travailler les gens ensemble ». Destinée à favoriser l’échange de pratiques entre les grandes entreprises, PME et TPE, secteur public et secteur privé, cette troisième édition ne pouvait se dérouler sans les expertises des fonctions transverses, et sans tenir compte des évolutions des conditions de travail. C’est pourquoi l’ANDRH s’est associée à l’Anact, l’Adetem, le Cigref et à la Fing. En effet, les conditions de travail sont bien bousculées à l’ère du digital. Selon l’étude « Pratiques numériques 2016 » réalisée par Eleas pour l’ANDRH, 6 actifs sur 10 ont une perception positive du numérique. Si 67,2 % de la population active annonce être connectée plus de 3 heures chaque jour, les cadres le sont à 81 % pour les cadres. Pas étonnant qu’ils prônent majoritairement un droit à la déconnexion.


La Poste remporte le prix de l’accompagnement des enjeux du numérique sur les conditions de travail

Sylvie François, DGA et DRH du Groupe La Poste, lauréate du prix de l’accompagnement des enjeux du numérique sur les conditions de travail.

La Poste est justement l’une des entreprises pionnières dans la signature d’un accord en matière de droit à la déconnexion avant même la promulgation de la loi travail. Elle a réalisé une étude préalable d’analyse de l’impact du numérique sur 150 métiers (dont les postiers) pour construire des dispositifs de formation adaptés. Son programme de formation « Tous numériques » est déjà déployé auprès de 60 000 personnes. Et elle a équipé 76 000 facteurs d’un smartphone dans le cadre d’un dispositif baptisé « Un avenir pour chaque postier ». Le groupe a entrepris un grand programme d’accompagnement mais il leur reste beaucoup à faire parce que les impacts du numérique sont en grande partie devant eux : 260.000 postiers sont engagés dans une transformation profonde sur leurs conditions de travail.

Eurotunnel obtient le prix du projet numérique et des nouveaux outils

De gauche à droite : Xavier Moulins, DRH du groupe Eurotunnel, lauréat du Prix du projet numérique et des nouveaux outils.

Le jury a souhaité récompenser un MOOC inspirant pour la fonction RH. Et c’est le projet porté par Xavier Moulins, DRH du groupe Eurotunnel pour le MOOC « Sur les rails de l’emploi » qui a été le grand gagnant. Cette formation professionnelle en ligne dédiée au secteur ferroviaire a été lancée en 2015. Elle a été suivie par 5.300 apprenants et 60 % ont été certifiés. « Nous voulions valoriser nos métiers avec le Ciffco (le centre de formation du groupe) et fédérer les collaborateurs en leur donnant accès aux coulisses via une expérience ludique. Car nos meilleurs ambassadeurs sont nos salariés », a souligné le DRH groupe.


Orange gagne le prix de la disruption numérique RH

La fonction RH a une vision sur le travail de demain. Orange qui a signé le 27 septembre dernier, un accord fondateur pour le groupe, s’est vu attribuer le prix de la disruption numérique RH pour l’ensemble des projets présentés et notamment le « WorkLab ». Ce « hub composé de compétences transverses multidisciplinaires a pour mission, tel un laboratoire in Vivo, de défricher les nouvelles tendances impactant l’entreprise et tester à travers le lancement de pilotes très concrets les nouvelles modalités de travail à l’ère numérique, pour préfigurer au mieux le travail de demain », explique Corinne Poupet-Louves, directrice de la filière RH du groupe Orange. Un des pilotes est la Villa Bonne Nouvelle, un espace de co-working (voir le dossier « Les nouveaux lieux de travail », numéro 573 Revue Personnel, octobre 2016).


Pôle Emploi se voit décerner le prix de la transformation numérique de la fonction RH 

La transformation numérique et possible dans le secteur privé, comme dans le secteur public. Jean-Yves Cribier, directeur général adjoint en charge des ressources humaines et des relations sociales, qui a reçu le prix, a avoué être plus habitué au « Pôle Emploi bashing » qu’à recevoir des récompenses. « Après quatre ans de chantier, le digital est intégré dans nos actes métiers. Nous avons réussi à positionner la fonction RH comme l’un des acteurs stratégiques et engagés cette transformation numérique en externe et interne. En effet, si le métier de conseiller se transforme, les formations des demandeurs d’emploi se développent de plus en plus sur les usages d’Internet.

Ce prix du DRH numérique porté par l’ANDRH et sa commission nationale SIRH numérique a bien vocation dans la durée à servir d’exemplarité », ajoute Didier Rouxel, animateur de la commission. « Au-delà de cette cérémonie, les lauréats seront invités à un atelier d’échange de pratiques avec les adhérents de l’ANDRH pour prendre le temps d’échanger encore plus profondément sur les expériences, les conditions de réussites, les points de vigilances », a annoncé Bénédicte Ravache, la secrétaire générale de l’association. 

Photos : Grégoire Camuzet 

Retrouvez les interviews des lauréats et des membres du jury sur la  chaîne Dailymotion de l’ANDRH 


Partager cette publication :

Articles similaires :

Vous devez être identifié pour laisser un commentaire