Actualités

Le dialogue social débattu à Suresnes

Le dialogue social débattu à Suresnes

L’ANDRH et la Ville de Suresnes ont organisé avec l’OIT, le 11 octobre à Suresnes, les 4èmes rencontres du dialogue social des secteurs public et privé. Le thème central de la journée était : « le dialogue social: levier pour la croissance et l’emploi ?



Alors que les opposants à la loi travail continuent de se battre sur le front judiciaire, la ville de Suresnes (Hauts-de-Seine), a accueilli près de 500 participants pour sa quatrième édition des rencontres du dialogue social des secteurs public et privé. «Cette ville est la première administration publique à avoir signé, en 2009, avec l’unanimité des syndicats (ndlr : la CGT, FO et la CFDT), une charte dédiée à la reconnaissance et à la valorisation des compétences acquises dans le cadre du parcours syndical », a rappelé Christian Dupuy, le maire. Preuve à l’appui, une syndicaliste CGT, qui avait quitté l’école à 16 ans, a témoigné de son admission au  Master management des politiques publiques. « Quand le dialogue social est libéré de ses postures, il peut fonctionner au niveau local », confirme Christian Dupuy.

A Suresnes, « le dialogue social n’est pas une option, mais bien une nécessité vertueuse », comme l’exprime Béatrice de la Valette, adjointe au maire déléguée aux ressources humaines. Mais dans l’Hexagone, il est en perte de vitesse. La France se classe à la 110ème place pour les relations entre les partenaires sociaux. 

D’autres modèles de dialogue social sont enviés comme ceux de la Suède et de l’Allemagne.


  

En France, une bonne recette en matière de dialogue social est quand même donnée par Sybille Quéré-Becker, directrice du développement social d’Axa France. Elle prône « une transparence, honnêteté, pédagogie, projection et anticipation. Il faut impliquer les partenaires sociaux dès l'origine », conseille-t-elle. C’est ce que son groupe a entrepris en repensant les postes de travail et en lançant le chèque syndical. »

Dans le public, Valérie Pécresse veut faire de sa région Île-de-France un laboratoire en matière de dialogue social. Avec le même crédo qu’Axa France. Pour le choix du nouveau siège à Saint-Ouen, les syndicats ont été partie prenante et ils seront associés aux besoins en matière d’aménagement intérieur. Nous les rencontrons une fois par semaine. »

2016 a certes été une année « noire » en matière de dialogue social mais l’optimisme est de rigueur.
 La venue de Hfaeidh Hfaeidh, secrétaire général adjoint de l'UGTT (Union générale tunisienne du travail), responsable du secteur public en Tunisie et prix Nobel de la paix avec trois autres organisations syndicales tunisiennes, a été un moment fort de cette journée. Et le discours de clôture de Jean-Paul Charlez, le président national de l’ANDRH -représenté par Armand Ménnechet- a souligné l’importance du dialogue social comme un «levier clé d’une croissance soutenue et d’une création de valeur globale. S’il dérive parfois vers un blocage, il reste fondamentalement un vecteur de puissance lorsqu’il permet à l’ensemble des acteurs de converger vers la même direction. »

Retrouvez l’intégralité de cet article dans le numéro de novembre de
  Personnel



Partager cette publication :

Articles similaires :

Vous devez être identifié pour laisser un commentaire