Presse & Médias

Revue de presse - Loi pour la Liberté de choisir son avenir professionnel

Revue de presse - Loi pour la Liberté de choisir son avenir professionnel

Retrouvez la revue de presse sur la "Loi pour la Liberté de choisir son avenir professionnel".

Matinale de décryptage pour les DRH de la "Loi pour la Liberté de choisir son avenir professionnel", jeudi 29 novembre 2018 

Quotiden-formation.png« La transition entre les deux systèmes de répartition de collecte est compliquée pour les DRH » 

« La réforme crée une appréhension chez les DRH, la transition entre les deux systèmes est ressentie comme compliquée, c'est un challenge pour les DRH alors que toujours peu d'effort de formation sont faits dans les petites entreprises » a analysé Jean-Paul Charlez, président de l'Association nationale des directeurs de ressources humaines (ANDRH), organisatrice d'une matinée d'explication de la réforme le 29 novembre à Paris.

Pour lire l'article dans son intégralité, cliquez ici  ou sur le document dans la colonne de droite (réservé aux adhérents)

L_Usine nouvelle.png   Alternance à la carte pour les entreprises

«Cela devient très intéressant financièrement, a souligné le directeur de cabinet de la ministre lors d'une rencontre organisée par l'Association nationale des DRH (ANDRH). Quand votre DAF le comprendra, c'est lui qui vous challengera... »

Pour lire l'article dans son intégralité, cliquez ici.

Evénement Think Rh - La DRH, moteur de la transformation, jeudi 29 novembre 2018

NewstankRH.pngThink18 : « CPF : Encadrer le développement de l’autonomie par des droits collectifs » (Pierre Ferracci)

« Il faut encadrer le besoin de développer l’autonomie des salariés par des droits collectifs. Il ne faudrait pas que cette autonomie, demain, soit une façon pour l’entreprise de se décharger de ses obligations. Il y a un double enjeu d’employabilité pour les actifs et pour les entreprises », déclare Pierre Ferracci, président du Groupe Alpha, lors du débat « Alternance - Formation professionnelle : les nouvelles règles du jeu ». 
Même constat de Michel Yahiel, directeur des retraites et de la solidarité du Groupe Caisse des Dépôts, au sujet de l’appli CPF : « Les entreprises et notamment les DRH devront jouer un rôle assez déterminant quand le salarié n’aura pas accès à d’autres ressources. » 
Pour Laurent Jammet, avocat associé chez Actance, « la formation n’est pas le centre d’intérêt premier » de ses clients, dans un contexte ou « la fusion des branches n’est pas encore réalisée », précise-t-il.
Thierry Teboul, directeur général de l’Afdas, invite les DRH à « reprendre le pouvoir. Ils ont deux endroits pour le faire : les branches et la formation. Sur la question de la formation, les DRH ont abandonné le terrain. C’est important qu’ils se réapproprient ce sujet. »

Bénédicte Le Deley, Secrétaire générale de l’ANDRH déclare : « Il faut également que le monde de la formation soit capable de répondre aux besoins des entreprises. » 


Les directeurs des ressources humaines, dont vous êtes une représentante nationale pour la Champagne, sont-ils prêts à gérer le compte personnel de formation nouvelle version? Le CPF est un outil qui appartient au salarié car il lui revient de créer son compte. L'entreprise n'intervient pas dans la gestion de ce compte. Les principaux changements induits par la loi « pour la liberté de choisir son avenir professionnel » sont une responsabilisation importante des acteurs et une simplification. Du point de vue de l'association nationale des DRH (NDLR, l'ANDRH), la formation doit s'adapter à l'évolution des carrières professionnelles et ainsi faciliter l'accès des droits disponibles pour l'individu et non pas seulement pour une carrière dans l'entreprise. 



3 QUESTIONS À Jean-Paul Charlez, président de l'ANDRH (Association nationale des directeurs de ressources humaines)
"Les services de formation doivent proposer du conseil en évolution internalisé"



Partager cette publication :

Articles similaires :

Vous devez être identifié pour laisser un commentaire