Presse & Médias

Revue de presse - Lancement de l'application CPF

Revue de presse - Lancement de l'application CPF

Retrouvez dans la revue de presse les retombées médias du lancement de l'application mobile CPF, lancée jeudi 21 novembre, pour faire décoller la formation professionnelle, un an après l'adoption d'une réforme du secteur.

bt_AFP.pngLe gouvernement parie sur une appli pour faire décoller la formation professionnelle 

bt_latribune.pngLe gouvernement mise sur une appli pour faire décoller la formation professionnelle

Résultat de recherche d'images pour  Le gouvernement mise sur une appli pour faire décoller la formation professionnelle


BT_lExpressEntreprise.pngLe gouvernement parie sur une appli pour faire décoller la formation professionnelle

 "Nous, pilotes des services de formation, ne demanderions pas mieux que de participer, mais la ministre a dit 'c'est fait pour les salariés'", avait réagi en septembre Jean-Paul Charlez, président de l'Association nationale des DRH.

Le Parisien.pngAvec sa nouvelle appli, le gouvernement veut ubériser la formation professionnelle

« Le conseiller en évolution professionnelle, c’est avant tout le DRH. L’entreprise a son mot à dire dans les besoins de compétences », estime Benoît Serre, vice-président de l’ANDRH.


bt_LEMONDE.pngUne « appli » mobile pour dynamiser la formation

Du côté des employeurs, en revanche, l'accueil est parfois plus mitigé. « Est-ce que les formations choisies par les salariés avec le CPF seront utiles ? » , s'interroge Jean-Paul Charlez, président de l'Association nationale des directeurs de ressources humaines.

Résultat de recherche d'images pour  Qu'est-ce que "Moncompteformation", l'application qui doit faciliter l'accès à la formation?

"La crainte, c'est que ces fonds sont passés sur des dispositifs qui vont financer plutôt des programmes des demandeurs d'emploi ou les salariés en reconversion. Et dans l'entreprise, ces fonds ne sont plus là. Donc le DRH perd certaines des manettes qu'il avait pour gérer cette partie-là", indique Sandrine LANNUZEL, Secrétaire générale de l'ANDRH.

Copie de Boutons presse pour le site _31_.pngRéforme ce compte de formation pas si personnel

 «Dès que ce sera possible, les entreprises vont se jeter sur l’abondement, croit savoir Benoît Serre, le vice-président de l’ANDRH, l’association des DRH.

NewstankRH.png« Créditer les CPF des salariés de 1 000 euros par an à partir de 55 ans » (Benoît Serre, ANDRH)

« La transformation des métiers tend à laisser penser qu’on est moins adaptable à partir d’un certain âge. Or beaucoup d’entreprises qui font le pari d’investir dans les compétences de leurs salariés seniors contestent cette idée. Il y a eu une prise de conscience à ce sujet : le taux d’emploi des seniors a augmenté de 8 points ces dernières années. Nous souhaitons que les pouvoirs publics s’emparent également de ce sujet en préparant plus activement les deuxièmes parties de carrière des salariés. Nous proposons par exemple que les CPF des salariés soient crédités par l'État de 1 000 euros par an à partir de 55 ans au lieu des 500 euros prévus aujourd’hui », déclare Benoît Serre, vice-président de l’ANDRH, à News Tank le 14/01/2020.

« Nous proposons un accès plus généralisé aux retraites progressives. Il semblerait que le Gouvernement ouvre cet accès aux salariés au forfait jour. Nous disons “tant mieux”, mais nous ne comprenons pas pourquoi il a fallu une réforme des retraites pour prendre conscience de cette problématique », ajoute Benoît Serre.

Partager cette publication :

Articles similaires :

Vous devez être identifié pour laisser un commentaire