Presse & Médias

Revue de presse - Épidémie de Coronavirus 2O19-nCoV

Revue de presse - Épidémie de Coronavirus 2O19-nCoV

L’épidémie de coronavirus 2O19-nCoV qui touche la Chine contraint les entreprises à stopper leur activité mais leur donne aussi l ’occasion de revoir leurs plans de continuité d ’activité, voire de lancer des actions de solidarité. Retrouvez dans la revue les interventions de l'ANDRH dans les médias (MAJ : le 08/04/20)

bt_LEMONDE.pngPendant le Covid-19, le dialogue social continue

Benoît Serre, vice-président de l'Association nationale des directeurs des ressources humaines (ANDRH), invite à anticiper le bout du tunnel: «Il est fondamental de ne pas rompre le lien entre l'entreprise et les partenaires sociaux pour être en mesure de préparer l'après-pandémie. »Céline Jeansoulé en est, elle aussi persuadée,« un vrai partenariat social durant la crise va faciliter la reprise ».

Pour lire l'intégralité de l'article cliquez ici.

BT_Europe1.png> Intervention en direct de Benoit Serre sur Europe 1 qui répond aux auditeurs (33'50)

Le Parisien.pngCongés d’été, avances sur salaire… les conseils aux entreprises d’un DRH confiné

Chômage partiel, maintien du lien avec les salariés en télétravail… Les ressources humaines sont en première ligne dans l'entreprise pour gérer la crise liée à la propagation du nouveau coronavirus. Benoît Serre, le vice-président de l'Association nationale des directeurs des ressources humaines (ANDRH), qui regroupe 5000 adhérents dans des PME et grands groupes, pense que notre rapport au travail va changer à l'issue de la période de la période de confinement.

Nous étions en première ligne bien avant le confinement. Au contact des salariés, on voyait leur inquiétude monter. On a commencé par un travail de pédagogie sur les dispositifs de protection comme le gel hydroalcoolique, l'interdiction de se réunir à plus de 25 ­personnes pour des formations, des conventions… L'ANDRH a également conseillé à ses adhérents de privilégier le télétravail, dans les métiers qui le permettent.

Pour lire l'intégralité de l'article cliquez ici.

BT_Europe1.png> Intervention de Benoit SERRE, Vice président de l'ANDRH - Coronavirus : congés payés, chômage partiel et RTT

BT_Europe1.png> Intervention de Benoit SERRE, Vice président de l'ANDRH - Coronavirus : école, enfants, travail...

7.png > Intervention de Laurence BRETON-KUENY, Vice présidentE de l'ANDRH - BFM Story (1:36:05)

bt_AFP.pngLe chômage partiel en forte progression face à la pandémie du coronavirus

Une "progression considérable", souligne Benoît Serre, vice-président de l'Association nationale des directeurs des ressources humaines (ANDRH), qui observe qu'une "désorganisation globale des entreprises est en train de s'installer".

bt-franceinter.png> Intervention de Benoit SERRE, Vice président de l'ANDRH - Coronavirus : édition spéciale du journal de 13h

NewstankRH.pngCovid-19 : « Il ne faut pas hésiter à réunir le CSE » (Benoît Serre, ANDRH)

« Les syndicats peuvent reprocher à la direction de ne pas avoir pris les mesures de protection nécessaires. Il ne faut pas hésiter à réunir le bureau du CSE ou le CSE lui-même sur le sujet du coronavirus de manière régulière, même à distance. Si le CSE a donné lieu à la création d’une commission santé sécurité dédiée elle peut être une instance de coordination entre les partenaires sociaux et les entreprises », déclare Benoît Serre, vice-président national délégué de l’Association nationale des directeurs des ressources humaines (ANDRH), dans un entretien à News Tank, le 12/03/2020.
« Les entreprises communiquent largement sur les mesures des autorités sanitaires et elles montrent ainsi qu’elles sont soucieuses de protéger leurs salariés. Nous sommes très bien informés par le ministère de la Santé et les entreprises sont libres de leur mouvement au stade 2 de l'épidémie. »
« Les DRH ont l’obligation de prendre des mesures qui préservent la santé et de la sécurité. Celles-ci peuvent concerner des interdictions de voyages. »
« Les entreprises ne sont pas organisées aujourd’hui pour télétravailler pendant des mois ou avoir des sites fermés pendant des semaines. Nous commençons à ressentir l’effet économique. »
« Pour gérer l’anxiété des collaborateurs, la communication est la base : ils doivent savoir que leur entreprise a pris en considération la situation du coronavirus et engage un certain nombre d’actions. Sur le plan économique, si les activités sont impactées, afin d’éviter une paralysie totale, il est possible de mettre en place un plan de continuité d’activité (PCA), quelle que soit la taille de l’entreprise.  » 

bt-franceinter.png> Intervention de Benoit SERRE, Vice président de l'ANDRH (émission du 7/9 - 35:00)

Copie de Boutons presse pour le site _30_.png> Intervention de Benoit SERRE, Vice président de l'ANDRH - Le compteur du coronavirus, aussi frénétique que diabolique (11:20)

bt_lesechos.pngCoronavirus : les DRH sur le front

Lorsqu'un cas est avéré dans l'entreprise, c'est le moment, pour la direction des ressources humaines, de mettre en oeuvre le plan de continuité d'activité prévu en cas de situation de danger dans l'entreprise telle qu'une cyberattaque.

« Ces plans sont très adaptables à la situation actuelle du coronavirus », rassure Audrey Richard, présidente de l'Association nationale des DRH (ANDRH). 

Pour lire l'intégralité de l'article cliquez ici.

bt_lacroix.pngCoronavirus, le droit de retrait en question 

Selon Benoît Serre, vice-président de l'Association nationale des DRH, le problème réside dans « l'instabilité de la situation, puisque les recommandations des pouvoirs publics sont susceptibles de changer du jour au lendemain ».

Pour lire l'intégralité de l'article cliquez ici.

7.png> Intervention de Benoit SERRE, Vice président de l'ANDRH - Comment gérer la crise sanitaire du covid-19 dans les entreprises ?

RTL.png> Intervention de Benoit SERRE, Vice président de l'ANDRH (1:38:00)

BT_Europe1.png> Intervention de Benoit SERRE, Vice président de l'ANDRH, sur le Droit des salariés et les obligations des employeurs, écoles

LCI.pngLe coronavirus "cas de force majeure" : comment le gouvernement veut protéger (et rassurer) entreprises et salariés

Interviewé sur le plateau de LCI, Benoît Serre, vice-président délégué de l'Association nationale des DRH, a fait un point sur la situation : selon lui, celle-ci "évolue tous les jours, mais on est assez bien informés". "Les entreprises sont confrontées à une prise de décision quasi quotidienne, en fonction de l'évolution" des choses. Et si les entreprises ont pu au début être prises un peu au dépourvu, "on commence à s'organiser", dit Benoît Serre. "Les voyages vers les zones très touchées, c est terminé. On commence a voir apparaître l'interdiction des réunions de plus de 20, 25 personnes, et une recommandation, quand une réunion est nécessaire, est de privilégier la solution à distance."
Pour lui, cette réaction rapide des entreprises "répond aussi à autre chose" : "C'est que les salariés eux-mêmes sont inquiets. Il faut donc répondre à une forme d'inquiétude, même si elle est déraisonnable à ce stable. Ils ont besoin de savoir, par beaucoup de communication et d'informations, que leur entreprise a pris en compte cette situation."

bt_radioclassique.png > Intervention de Laurence BRETON-KUENY, Vice présidente de l'ANDRH, sur Radio Classique (4'21)

Copie de Boutons presse pour le site _27_.pngCoronavirus : Quelles mesures sont prises par les entreprises pour protéger leurs salariés ?

Les déplacements dans les zones à risque sont reportés. Ce qui incite les employeurs à communiquer sur le sujet. « L’objectif est de montrer aux salariés que les entreprises ont anticipé les choses, au cas où la France entrerait dans une phase de pandémie », indique Benoît Serre.
Les entreprises dont les salariés se déplacent souvent à l’international jouent aussi la carte de la prudence, comme le constate Benoît Serre : « Les déplacements en Chine, en Italie, à Hong Kong, à Macao, en Corée du Sud ou à Singapour sont généralement reportés ». 

Des mesures d’hygiène renforcées. Des mesures sont aussi prises envers les salariés revenant des zones à risques ou ceux qui ont été en contact étroit avec une personne infectée : « Certaines entreprises leur demandent de rester chez eux pendant quatorze jours, la durée maximale de la période d’incubation, afin d’éviter le risque de propagation du coronavirus », indique Benoît Serre. 

Pour lire l'intégralité de l'article cliquez ici.

bt_entreprisescarrieres.pngCoronavirus les entreprises françaises de préparent

Chez les DRH, l ’inquiétude est réelle mais reste mesurée, estime Laurence Breton-Kueny, vice-présidente de l’ANDRH et animatrice de la commission santé qualité de vie au travail : «Aujourd’hui, nous ne sommes pas dans la même situation qu’en 2009 où avait été déclaré un état de pandémie grippale qui avait conduit la Direction générale du travail à diffuser une circulaire [DGT 2009/16 du 3 juillet 2009- NDLR], Pour l ’instant, nous en sommes au stade des recommandations aux employeurs. » 
Bien que lointaine, cette pan démie grippale de 2009 peut avoir des répercussions positives aujourd’hui. À l'époque, beaucoup d ’entreprises avaient constitué des stocks de masques FFP2 qui permettent de protéger le porteur contre les risques transmissibles par voie aérienne. Les entreprises sont donc mieux préparées qu’en 2009, estime la représentante de l’ANDRH. Pour autant , «la problématique reste la même, se préparer et prendre les mesures nécessaires notamment en actualisant les plans de continuité d ’activité ». Ce précédent peut cependant selon Laurence Breton-Kueny constituer une opportunité dans la situation actuelle. Elle conseille aux entreprises 

BT_Europe1.png> Retrouvez l'intervention de Laurence BRETON KUENY, Vice-présidente de l'ANDRH, sur Europe 1 

BT_Europe1.png> Retrouvez l'interview de Laurence BRETON KUENY, Vice-présidente de l'ANDRH, sur Europe 1 

Comment gérer le coronavirus dans les entreprises ?

"On pourra déclencher des 'plans de continuité d'activité'", avance Laurence Breton-Kuény, vice-présidente de l'association nationale des directeurs de ressources humaines (ANDRH). Interrogée mercredi par Europe 1, cette dernière évoque les solutions qui pourraient être mises en place au sein des entreprises françaises en cas de pandémie de Covid-19. Ces plans, déjà mis en place lors de l'épisode de grève des transports, en décembre dernier, visent à limiter l'impact économique que pourrait avoir une pandémie sur les entreprises.
"C'est ce qu'on appelle un risque de grand absentéisme majeur", explique la responsable de l'ANDRH, évoquant des salariés qui, comme lors de la grève des transports en Île-de-France, pourraient ne plus avoir la possibilité de se déplacer jusqu'au bureau. "Dans le cas d'un virus, c'est la même chose : il faut éviter que les personnes se croisent et éviter les déplacements".
Les "plans de continuité d'activité" mentionnés par Laurence Breton-Kuény comprennent des mesures qui ont vu leur popularité monter en flèche ces derniers mois. Télétravail, aménagement d'horaires... Des mesures auxquelles s'ajouterait cette fois la distribution de masques pour les salariés amenés à effectuer des déplacements.

Toutefois, la vice-présidente de l'ANDRH prévient, "même si on parle beaucoup de télétravail aujourd'hui, toutes les activités ne peuvent se faire en télétravail".

Pour lire l'intégralité de l'interview, cliquez ici.

bt-franceinter.pngRetrouvez l'intervention de Benoit SERRE, Vice-président délégué de l'ANDRH, sur Europe 1 (14'00)

bt_LEMONDE.pngCoronavirus : dans les entreprises, entre suspicion et prévention

« Les directions prennent leur décision par zone géographique et s’attachent à communiquer de façon très fréquente pour éviter une crise autoréalisatrice », explique Benoît Serre, vice-président de l’Association nationale des DRH.

Pour lire l'intégralité de l'article, cliquez ici.

bt_lacroix.pngLes entreprises françaises sont-elles prêtes à affronter une épidémie?

Le confinement éventuel de salariés entraînerait une paralysie de l'activité - Benoît Serre Vice-président délégué de l'Association nationale des directeurs de ressources humaines (ANDRH) 

Logo_challenges.pngBenoît Serre (ANDRH) : comment gérer la crise sanitaire du covid-19 dans les entreprises ?

Ce mardi 3 mars, Benoît Serre, vice-président de l'ANDRH, s'est penché sur la gestion de la crise sanitaire du coronavirus dans les entreprises dans l'émission After Business présentée par Stéphanie Coleau. After Business est à voir ou écouter du lundi au jeudi sur BFM Business. After Business, c’est un concentré de BFM Business ! Deux heures de direct pour revenir avec Stéphanie Coleau sur les événements de la journée avec des points de vue tranchés pour aider à réfléchir. BFM Business est la 1ère chaîne française d’information économique et financière en continu, avec des interviews exclusives de patrons, d’entrepreneurs, de politiques, d’experts et d’économistes afin de couvrir l’ensemble de l’actualité française et internationale. BFM Business vous propose aussi des conseils pour vos finances par des personnalités de référence dans les domaines du patrimoine, de l’immobilier ou des marchés financiers. 

Pour lire l'intégralité de l'article, cliquez ici.

Retrouvez dans la rubrique Actualités les obligations légales des employeurs en matière de sécurité et de prévention à la survenue d'une pandémie.

Partager cette publication :

Articles similaires :

Vous devez être identifié pour laisser un commentaire