Presse & Médias

Revue de presse - Enquête flash ANDRH "Les DRH face au COVID 19"

Revue de presse - Enquête flash ANDRH "Les DRH face au COVID 19"

La situation sanitaire exceptionnelle liée au COVID-19 a nécessité l’adoption de plusieurs mesures qui ont un impact majeur sur les entreprises et les salarié·es. Dans la continuité de ses nombreuses actions (webinars, fiches mémo…), l’ANDRH avec le soutien de ses groupes locaux a lancé une enquête flash auprès de ses adhérent·es en vue de recueillir les actions, les pratiques RH mais aussi leurs difficultés en cette période de crise. L’ANDRH rappelle le rôle central des DRH pour accompagner leurs organisations et les salariés dans ces moments très difficiles. Retrouvez dans la revue de presse, les retombées médias sur les résultats de l'enquête flash [MAJ 27/04/20].

bt_lesechos.pngAu jour le jour, le coronavirus impose de nouvelles règles du jeu aux organisations

A la mi-avril, près de 10 millions de salariés étaient au chômage partiel. En lien étroit avec la direction générale, les DRH ont, non sans mal, élaboré un plan d'activité partielle, fait le point sur les collaborateurs susceptibles de pouvoir télétravailler et ceux dispensés d'activité. «Il leur a été demandé la continuité de l'activité et leur fait», se réjouit Audrey Richard, présidente de l'Association nationale des DRH (ANDRH).

Pour lire l'intégralité de l'article cliquez ici 

bt_lefigaro.pngConfinement: «Un salarié ne doit pas rester toute la journée devant son ordinateur»

La majorité des entreprises ont aujourd’hui recours au télétravail. Si cette mise en œuvre dans l’urgence a été souvent compliquée, cela fonctionne dans l’ensemble plutôt bien. Même les entreprises réticentes y sont venues… Il y a bien sûr eu des problèmes de matériel, de réseau, de communication, et il a fallu, dans bien des cas, accompagner les managers comme les collaborateurs à cette forme de travail à laquelle peu étaient habitués.

Pour lire l'intégralité de l'article cliquez ici 

LCI.pngLe télétravail est soudainement pratiqué par des millions de Français en raison du confinement. 


De son côté, l'Association nationale des DRH (ANDRH) estime que 95% des organisations ont actuellement recours au télétravail.

Pour lire l'intégralité de l'article cliquez ici 

BT_Europe1.png> Intervention de Benoit Serre, Vice-président délégué de l'ANDRH, répond aux questions des auditeurs (1h05)

AEF Info | Offreur Smart city "Il est très compliqué de se former en ce moment, quelles que soient les mesures qui sont prises" (Benoît Serre, ANDRH)

"D’une manière générale sur le plan de la disponibilité mentale et pour des raisons très pratiques, il est très compliqué de se former en ce moment, quelles que soient les mesures qui sont prises pour faciliter le développement des compétences.", explique à AEF info Benoît Serre, le vice président national de l’ANDRH, à propos de l'annonce du renforcement de la mobilisation du FNE-Formation (lire sur AEF info). Prises dans l’urgence, les entreprises n’ont pu jusque-là investir la formation poursuit-t-il, cela devrait maintenant être le cas. "J’espère que le FNE Formation dans le contexte […] ne va pas être une montagne qui accouche d’une souris. Nous parlons du FNE Formation depuis une dizaine de jours, mais rien n’est concret aujourd’hui, alors que dans ce contexte, les entreprises comme les actifs comptent en jours, en semaine, si c’est prêt en juillet cela aura peu d’intérêt."

Pour lire l'intégralité de l'article cliquez ici (réservé aux abonnés)

bt_LEMONDE.pngCoronavirus et réorganisation des entreprises, un premier bilan

Dans un premier temps, pour parer à l’urgence et organiser la continuité de l’activité, 89 % des entreprises ont mis en place une cellule de crise et redistribué les responsabilités. C’est un duo direction générale-RH qui a pris les choses en main pour 97 % des entreprises interrogées.

Tous ou presque (95 %) ont eu recours au télétravail, mais plus de la moitié (59 %) ont toujours des salariés en poste sur site. La présence des jeunes enfants à la maison a nécessité de nombreux arrêts de travail « pour garde d’enfants » (72 % des entreprises concernées). Pour les parents qui télétravaillent, les RH ont recommandé aux managers d’adapter les horaires de travail et les objectifs.

Le télétravail a été un chantier important, notamment à cause du manque de préparation. « 46 % ont eu à faire face à un manque de matériel ou à du matériel non adapté », précise l’Andrh. Les premiers jours, toutes les équipes n’avaient pas leur matériel et les réseaux étaient saturés. 58 % des entreprises ont dû adapter les outils (visioconférence, conférence téléphonique, outil collaboratif, partage de documents, VPN, etc.). Et il a fallu renforcer la communication, notamment pour les managers de proximité.

Pour lire l'intégralité de l'article cliquez ici 


bt-franceinter.png> Intervention de Benoit SERRE, Vice-président de l'ANDRH - Confinement : les DRH sinquiètent pour la psychologie des salariés (6'55)

Le Parisien.pngCoronavirus : télétravail, chômage partiel... comment les entreprises font face à la crise

A la tête des « cellules de crise » mises en place dans la plupart des grandes entreprises : un tandem, celui du directeur général (DG) et du directeur des ressources humaines (DRH). Depuis trois semaines, la quasi-totalité (97%) ont mis en place des plans de continuité d'activité, avec pour objectif la réorganisation de l'entreprise à l'heure de la pandémie.

« Il a fallu faire des efforts accrus de pédagogie pour informer les équipes sans tenir un discours trop anxiogène », assure Audrey Richard.
Pour lire l'intégralité de l'article cliquez ici.


Pour connaître les réponses apportées par ses entreprises adhérentes à la crise du Covid-19, l’ANDRH les a sondés au travers d’une enquête publiée le 9 avril 2020. Si les entreprises font face de différentes manières à la crise au travers de la fermeture d’établissements non essentiels (35 %), d’un plan de continuité et d’une cellule de crise (89 %), la mise en place du télétravail (95 %), en passant par la gestion des effectifs qui sont restés sur site (59 %), plus des trois quarts (76 %) pensent déjà à l’après-crise et anticipent le retour à une activité normale.

Pour lire l'intégralité de l'article cliquez ici (réserveé aux abonnés)



Ce sont des chiffres qui ne trompent pas en cette période de crise sanitaire. Une enquête réalisée par l'Association Nationale des DRH, qui a interrogé ses membres pour savoir comment les entreprises traversent cette crise, montre que le télétravail explose partout en France, au point d'évoquer une "année de l'expérience forcée du télétravail".

Pour lire l'intégralité de l'article cliquez ici.


Comment les entreprises se sont-elles adaptées aux nouvelles méthodes de travail liées à la situation sanitaire, et notamment au confinement ? Dans une étude menée par l'Association nationale des directeurs de ressources humaines (ANDRH), on apprend que l'immense majorité des DRH estiment que les mesures prises dans le cadre de la crise du coronavirus ont été «bien accueillies par les salariés». Par ailleurs, un tiers des entreprises sondées estiment qu'elles n'auraient pas disposé en quantité suffisante du matériel de protection et d'hygiène nécessaire au maintien de l'activité en vertu des nouvelles règles sanitaires.

Pour lire l'intégralité de l'article cliquez ici.


Audrey Richard : L’ANDRH a souhaité recueillir le sentiment des DRH sur la gestion de cette crise sans précédent. Nous voulions connaître les actions mises en place, les bonnes pratiques mais aussi les difficultés rencontrées par ces professionnels. Plus de 500 personnes, issues de 66 de nos 70 groupes locaux, ont répondu à cette enquête qui a été conduite du 26 mars au 6 avril. Des entreprises de toutes tailles et tous les secteurs d’activité sont représentés. L’un des enseignements importants c’est de remarquer que pendant cette période exceptionnelle le dialogue social ne s’est jamais arrêté. 81 % des DRH affirment en effet qu’ils ont maintenu sans difficulté les relations sociales alors même que le contexte a radicalement bouleversé les calendriers de négociation, la tenue des CSE … 
Pour lire l'intégralité de l'article cliquez ici.


Maintenir un dialogue social efficace, veiller à la gestion des temps de travail, mettre en oeuvre le télétravail, garantir la santé et la sécurité des salariés : les DRH jouent un rôle central durant cette crise sanitaire et orientent les directions générales.

Pour lire l'intégralité de l'article cliquez ici.


Les DRH sont en première ligne sur la crise. Dès février, ils ont testé et adapté au fur et sur mesure les plans de continuité d'activité des entreprises. Puis, une fois le confinement déclaré, ils ont organisé le télétravail à grande échelle, adapté l'organisation du travail sur site, gérés les arrêts pour garde d'enfants, accompagnés des managers, notamment ceux de proximité, renforcé la sécurité et la protection des salariés, suivi des évolutions juridiques ...

Pour lire l'intégralité de l'article cliquez ici.


Près de 35% des répondants sont concernés par la fermeture de leur établissement, «non essentiel». Pour gérer les impacts sur la santé des salariés, l'emploi et la compétitivité des entreprises, 97% des organisations ont mobilisé un duo direction générale-fonctions RH, centrales selon l' ANDRH «dans ces moments très difficiles». 89% ont mis en place une cellule de crise, en appui d'un plan de continuité d'activité dans 72% des cas.

Pour lire l'intégralité de l'article cliquez ici.

NewstankRH.pngCovid-19 : 88 % des DRH n’ont pas recours aux dérogations en matière de temps de travail/repos (ANDRH)

• 95 % des organisations ont recours au télétravail pour les salariés éligibles ; 
• 41 % utilisent le dispositif d’activité partielle à temps plein ou à temps partiel pour tout ou partie des salariés ;
• 38 % des DRH accompagnent les managers sur le management à distance ;
• 88 % des DRH indiquent ne pas avoir recours aux dérogations en matière de temps de travail ou de temps de repos ; 
• 81 % indiquent ne pas rencontrer de difficultés particulières pour maintenir le dialogue social dans la période de crise ;

Tels sont les principaux résultats de l’enquête « Les (D)RH face à la crise du Covid-19 », publiée par l’ANDRH le 09/04/2020. 


L'association nationale des DRH (ANDRH) a lancé une enquête dite "flash" auprès de ses adhérents, pour mesurer l'impact de la pandémie de Covid19 sur leur activité. L'éclairage apporté est intéressant car l'épidémie touche de plein fouet le travail, entre le chômage partiel et le télétravail. Ce que confirme le fait que 97% des répondants indique en gérer l'impact avec la direction générale, qu'il s'agisse de la compétitivité, l'emploi et la santé des salariés. Par ailleurs, 89 % des DRH ayant répondu indiquent qu'une cellule de crise a été mise en place au sein de leur organisation.

Pour lire l'intégralité de l'article cliquez ici.


Selon un sondage express de l’ANDRH auprès de ses adhérents, 41 % des organisations maintiennent le salaire de leurs équipes placées en chômage partiel. Autrement dit, le pouvoir d’achat sera en berne pour les salariés d’une majorité d’entreprises. Non seulement le salaire sera impacté, mais les primes seront aussi à la baisse. Pour preuve, seuls 32 % des 550 répondants à l’enquête  » maintiennent ou envisagent de maintenir la prime sur objectifs, malgré une baisse d’activité.  Maigre consolation, un DRH sur trois pense que son entreprise va attribuer ou “réfléchit à verser la prime exceptionnelle de pouvoir d’achat”. Sur un autre plan, un employeur sur trois compte ou envisage de reporter la date et les modalités de versement des primes d’intéressement et de participation.

Pour lire l'intégralité de l'article cliquez ici.


L’ANDRH a publié une enquête flash sur la manière dont les responsables RH appréhendent la crise. Ils sont mobilisés entre l’organisation du (télé)travail, la santé et sécurité des salariés sur site. Parallèlement, un mémo spécial DRH a été diffusé.
Comment les responsables RH gèrent leur propre activité sur fond de crise Covid-19 et quelles mesures ont-ils pris en compte pour les salariés ?  L’Association nationale des directeurs des ressources humaines (ANDRH, 5000 membres) vient de mener une enquête flash réalisée du 26 mars au 6 avril 2020 auprès de 550 répondants pour répondre à ces sujets.
Voici les principaux enseignements de cette étude non représentative mais elle permet de distinguer certaines tendances de transformation de l’organisation et de la vie au travail…avec les limites des enquêtes déclaratives. 

Pour lire l'intégralité de l'article cliquez ici.


Publiée à la veille du week-end de Pâques, enquêtée par l' ANDRH (Association nationale des DRH) auprès de ses adhérents donne quelques pistes sur la manière dont les ressources humaines envisagent la reprise post-crise du coronavirus, après la mise en place de mesures d'urgence pour faire face à la poursuite de l'activité et à l'accompagnement des salariés. Une première fenêtre sur un "monde d'après" en demi-teinte où le dialogue social risque d'être soumis à l'épreuve ..

Pour lire l'intégralité de l'article cliquez ici.

PICTO_DOC.pngRetrouvez  le communiqué de presse en cliquant ici

PICTO_DOC.pngRetrouvez les résultats détaillés de l'enquête flash en cliquant ici




Partager cette publication :

Articles similaires :

Vous devez être identifié pour laisser un commentaire