Presse & Médias

Revue de presse - Enquête flash déconfinement : les DRH s’organisent pour préparer la reprise

Revue de presse - Enquête flash déconfinement : les DRH s’organisent pour préparer la reprise

La crise sanitaire et la préparation du déconfinement progressif continuent de mobiliser toute l’énergie, les compétences et la créativité des (D)RH. L’ANDRH poursuit ses actions pour accompagner l’ensemble des professionnelꞏs RH et porter leur voix dans cette nouvelle étape de gestion de la crise. Retrouvez dans la revue de presse les interventions de l'ANDRH.

       Smart Job > Intervention de Benoit SERRE, vice-président délégué de l'ANDRH - Reprise du travail 

Copie de Boutons presse pour le site _43_.pngIntervention de Benoit SERRE, vice-président délégué de l'ANDRH - Télétravail et reprise du travail - Journal de 7h

bt-franceinter.png> Intervention de Benoit SERRE, vice-président délégué de l'ANDRH dans l’émission Le Téléphone sonne (05'08)

   CPFormation (@cpformation) | Twitter  Entretien avec Audrey Richard, Présidente de l’ANDRH

La situation a été exceptionnelle car toutes les RH ont été confrontées en même temps à cette crise, en première ligne. Le binôme DG/RH a d’ailleurs très bien fonctionné dans cette période inédite. L’ANDRH s’est rapidement mobilisée pour mettre à disposition de tous de la matière opérationnelle : un guide pour bien travailler en télétravail, ou encore des bonnes pratiques de management à distance. L’objectif était de faire gagner du temps aux RH. Nous avons pu être très réactifs car nous repérons tout au long de l’année les bonnes pratiques des RH, et menons des enquêtes régulières auprès des membres sur le rôle des RH, les attentes, des recommandations, etc.

Pour lire l'intégralité de l'article cliquez ici.

Copie de Boutons presse pour le site _43_.png> Intervention de Benoit SERRE, vice président délégué de l'ANDRH 

7.pngTélétravail: les Français sont-ils prêts à retourner au travail comme avant?

Le télétravail oui, mais à petite dose pour Benoit Serre vice-président de l’association nationale des DRH. Les entreprises veulent retrouver un rythme normal pour ensuite songer au télétravail.

“Un peu de télétravail pourquoi pas. Mais la première chose, c’est de retrouver un modèle de fonctionnement et de productivité normal. Le télétravail 100% du temps, c’est le délitement assuré de l’entreprise”, affirme-t-il.

Mais il l'avoue, les entreprises auront du mal à retrouver une activité normale rapidement. Le télétravail sera toujours de rigueur tant que les mesures sanitaires obligatoires en entreprise ne seront pas assouplies.

Pour lire l'intégralité de l'article cliquez ici.



Editeur de solutions de gestion - CEGID Quand la crise sanitaire remet les DRH en position centrale dans l’entreprise

Grâce à la COVID-19, la direction des ressources humaines revient dans la partie. Elle a démontré et démontre qu’elle est au cœur des organisations de l’entreprise. De façon tout à fait cohérente, elle a été l’un des bras d’actions du comité exécutif de l’entreprise. Dans une récente étude de l’ANDRH, 89% des DRH interrogés déclaraient être membres de la cellule de crise pour traiter des conséquences du coronavirus.

Pour lire l'intégralité de l'article cliquez ici.

JDN | OffremediaBien-être des collaborateurs : les fonctions RH ont un rôle prépondérant en période de crise

Avec plus de 95 % des organisations ayant eu recours au télétravail pour les collaborateurs éligibles, selon une récente étude de l'ANDRH, la crise du Covid-19 a redistribué les cartes pour les RH.

Pour lire l'intégralité de l'article cliquez ici.

bt_lefigaro.pngCes cadres qui se voient désormais en télétravail au vert et à temps plein

En pratique, nombre de sociétés pensent limiter le télétravail à deux jours par semaine. « Cela dépendra aussi des postes et de la nature de l'activité, qui ne s'adaptent pas tous aussi bien au télétravail. Il faut donc être vigilant sur les iniquités que cela peut entraîner entre les salariés» , ajoute Benoît Serre. Se mettre au vert serait, selon lui, plus facile pour des managers en fin de carrière, «que pour les plus jeunes, qui ont plus de pression dans le travail»

Pour lire l'intégralité de l'article cliquez ici.

BT_Europe1.png> Intervention de Benoit SERRE, vice-président délégué de l'ANDRH - Coronavirus et confinement : l' emploi en télétravail généralisé dans les entreprises ?

Copie de Boutons presse pour le site _55_.pngCes entreprises qui veulent passer au 100% télétravail

Mais ce chef d'entreprise veut continuer à voir physiquement ses collaborateurs. C'est essentiel selon Benoit Serre, vice-président de l'association nationale des directeurs de ressources humaines."On a vu des gens qui souffraient parfois d'isolement. Ce qui sont en télétravail ont également le sentiment de plus travailler. Ce qui n'est pas forcément vrai. Simplement car on n'a pas ces moments de pause en entreprise."

Pour lire l'intégralité de l'article cliquez ici.

Le Parisien.pngRévolution du télétravail : le bureau à la maison va-t-il devenir la règle ?

« C'est un vrai projet d'entreprise, renchérit Benoît Serre, vice-président de l'ANDRH (Association nationale des directeurs de ressources humaines). Ça impacte les locaux mais ça modifie aussi en profondeur la relation employé-employeur, la division au sein d'une même société entre les cols blancs et les cols-bleus ou même le lieu de résidence des salariés qui risquent, de fait, de s'éloigner des villes. Cela peut créer des crispations au sein d'un même collectif, faut bien y réfléchir ».

Pour lire l'intégralité de l'article cliquez ici

BT_Europe1.png> Intervention de Benoit SERRE, Vice-président délégué de l'ANDRH - Chômage partiel : "Le gouvernement a baissé le niveau de prise en charge pour forcer la reprise d'activité"

Copie de Boutons presse pour le site _61_.pngCovid-19 : le télétravail, c'est la santé ?

« Attention, si la mise en place du télétravail et du flex office a pour seul objectif de réduire les coûts, c'est l'échec assuré, souligne Benoît Serre, vice-président de l'Association nationale des directeurs des ressources humaines. Il faut concevoir un nouveau pacte social pour l'entreprise. Le chef ne tient plus son pouvoir du fait que les gens sont sous son contrôle visuel permanent. Il doit manager par objectif et non par temps de présence, faire confiance et donner du sens. »Toujours selon Benoît Serre, il y a une autre conséquence, plus politique, au télétravail : « On assiste à un retour du débat sur le temps de travail. Certains veulent passer aux 32 heures, d'autres aux 39 heures… Mais cette querelle n'a plus aucun sens. Le télétravail implique moins de contrôle du nombre d'heures travaillées par jour. Il faut apprendre à compter en jours travaillés, ce qu'on appelle le forfait jour. »

Copie de Boutons presse pour le site _60_.pngPosez vos limites pour réussir votre télétravail

Pour autant, il faut faire attention à ce que l'entreprise ne soit pas intrusive dans la sphère privée », prévientAudrey Richard, présidente de l'Association nationale des directeurs des ressources humaines (ANDRH). L'employeur doit aussi s'assurer que les salariés supportent leurs nouvelles conditions de travail. Pour garder le lien social, la communication interne est importante et les gestionnaires de proximité doivent organiser des rendez-vous réguliers avec leurs collaborateurs, pour adapter si besoin la charge de travail et la nature des tâches confiées. Des entreprises ont mis en place, ou renforcé pour l'occasion, des plateformes d'écoute téléphonique à distance. «Ces hotlines ont fourni un accompagnement psychologique et sont actuellement sollicitées. Les ressources humaines doivent également rappeler aux salariés qu'ils peuvent contacter la médecine du travail pour toute difficulté », souligne Audrey Richard

BT_courierCadres.pngDéconfinement : “La fonction RH a l’opportunité extraordinaire de démontrer son importance stratégique”

Nous pouvons observer un double phénomène. D’abord, cela fait plus de 2 mois que les DRH sont sur le pont. Ensuite, ils sont épuisés. Pourquoi ? Parce qu’ils sont sur tous les fronts en même temps. Depuis mars, ils ont organisé et maintenu le dialogue social, aménagé les postes de travail, déterminé les conditions de chômage partiel, mis les collaborateurs en télétravail, préparé le confinement puis le déconfinement. Maintenant, ils font revenir les salariés petit à petit. Ils s’assurent que l’entreprise peut continuer à fonctionner, ou qu’elle peut s’organiser pour fonctionner le moins anormalement possible vu les contraintes. Les DRH continuent à garantir en permanence la sécurité des collaborateurs sur un plan sanitaire. Ils doivent aussi s’occuper de la gestion de la parentalité et des temps de travail. Ils ont également l’énorme tâche de reconstituer l’unité de l’entreprise, alors même que les salariés restent éparpillés. Enfin, ils commencent à préparer d’éventuels projets de réorganisation ou de restructuration. Ils discutent avec les syndicats, afin de faire un état de l’entreprise, et de commencer à la préparer à la “vraie” rentrée, en septembre.  Benoit SERRE, Vice-président délégué de l'ANDRH 

Pour lire l'intégralité de l'article cliquez ici.

Le Parisien.pngHeureusement, il y a les RH... 

«DES PATRONS pouvaient parfois penser qu'on était inutile. Le problème est résolu. »Le constat dressé par Benoît Serre, vice-président de l'Association nationale des directeurs des ressources humaines (ANDRH), est clair. La crise du Covid-19 et son lot de situations inédites placent les DRH au coeur du réacteur des entreprises. En première ligne bien avant le début du confinement mi-mars, les troupes sont «extrêmement fatiguées». Mais «professionnellement, la période est intéressante», confie-t-il. «On a montré et on montre encore tout ce qu'on sait faire: la rigueur administrative pour interpréter des mesures sur le chômage partiel qui évoluent, trouver des solutions pour la santé des collaborateurs qui reviennent, garder un dialogue social pour ne pas ajouter de la crise à la crise, jouer ce rôle de conseil de la direction pour penser l'après », énumère-t-il.

bt-franceinter.pngIntervention de Benoit SERRE, Vice-président de l'ANDRH - Reprise du travail : comment cela se passe et quels sont vos droits ?

bt_LEMONDE.pngTracking: la santé des salariés sous très haute surveillance

Le développement de tels outils ne va pas sans soulever des interrogations, ne serait-ce qu'au niveau de l'adhésion des salariés : le « refus supposé du personnel » est le premier argument invoqué par les responsables des ressources humaines opposés à l'utilisation d'outils « intrusifs », dans l'étude de l'Andrh.

Pour lire la suite cliquez ici.

Logo_challenges.pngAudrey Richard, présidente de l'ANDRH: «Chacun doit rester dans son rôle»

La priorité numéro un est d'aménager l'espace en limitant le nombre de personnes qui s'y trouvent et d'organiser un retour progressif au travail, voiture tout le monde n'a pas pu reprendre le 11 mai. A court terme, le maintien du télétravail pour les salariés éligibles est envisagé par 70% des DRH. Jusqu'où les précautions sanitaires doivent-elles aller? Au-delà de la mise à disposition de gel hydroalcoolique ou de masques grand public qui font consensus, des mesures plus intrusives sont plutôt mal perçues. Seul un tiers des DRH favorise le traçage des salariés au moyen d'une application de type StopCovid. Et un sur deux rejette le prix de la température systématique à l'entrée des locaux. 

bt_francinfos.pngFrais professionnels, temps de travail, congés... Comment le télétravail est-il encadré depuis le déconfinement ?

 A l'avenir, les grandes entreprises pourraient d'ailleurs le pérenniser, elles qui n'imaginent pas faire revenir "plus de 10% de leurs effectifs" tout de suite, indiquait, vendredi 8 mai sur franceinfo, Benoît Serre, vice-président délégué de l’Association nationale des directeurs des ressources humaines (ANDRH). 

Pour lire l'article cliquez ici.

bt_acturh.pngDemain, tous télétravailleurs ?

Selon une enquête de l’ANDRH, publiée le 30 avril, 46 % des professionnels RH sondés prévoient une négociation sur le sujet ou la renégociation de l’accord existant. Et 36 % envisagent la mise en place d’une charte ou d’une mise à jour. L’épidémie de Covid-19 pourrait ainsi amener à généraliser durablement cette pratique.

Pour lire l'article cliquez ici.

bt_LEMONDE.pngPour les DRH, la crise ne fait que commencer

Alors qu’ils lancent le chantier du déconfinement, les DRH demeurent sur tous les fronts. Tenus de protéger la santé des salariés tout en assurant la poursuite de l’activité, ils doivent malgré tout maintenir leur tête et celle de l’entreprise hors de l’eau. « Les DRH sont à 100 % à la manœuvre depuis fin février ! », s’exclame Benoît Serre, vice-président de l’Association nationale des DRH (Andrh). Une forte pression pèse sur leurs épaules.

Pour lire l'article cliquez ici.

RTL.pngIntervention de Benoit SERRE, Vice-président de l'ANDRH (06'21)

bt_francinfos.pngDéconfinement : "Le télétravail va rester la règle" dans les grandes entreprises, affirme l’Association nationale des DRH

Alors que le déconfinement approche, "le télétravail va rester la règle" dans les grandes entreprises après le 11 mai, affirme vendredi 8 mai sur franceinfo Benoît Serre, vice-président délégué de l’Association nationale des directeurs des ressources humaines (ANDRH). D'après lui, les grandes entreprises "imaginent faire revenir ce lundi pas plus de 10% de leurs effectifs dans les sièges sociaux".

Pour lire l'article cliquez ici.

bt_lefigaro.pngAvec le confinement, le management est entré dans une nouvelle ère

Capitaliser sur ce succès est d'autant plus important que la vie de bureau ne reviendra pas tout de suite à la normale et que le télétravail à sans doute durablement marqué des points. «Le management« présentéiste »qu'ont connu les entreprises n'est pas adapté à l'évolution du travail post-crise et ne correspondait déjà pas aux attentes des nouvelles générations», remarque Benoît Serre.


bt_LEMONDE.pngBien que sous pression, les DRH n’appréhendent pas trop la reprise

Bien que sous pression, cette anticipation leur permet de ne pas trop appréhender la reprise. Dans la dernière enquête flash de l’ANDRH réalisée auprès de leurs 5 000 entreprises adhérentes et publiée le 30 avril, seuls 22 % des 531 DRH qui ont répondu redoutent une rentrée difficile.

Pour lire l'article cliquez ici.

Copie de Boutons presse pour le site _58_.png« Le Covid-19, un accélérateur de développement des soft skills »

On assiste à une explosion du télétravail, puisque près de 40% des salariés ont été équipés pour travailler à distance, au point qu’une enquête menée par l’ANDRH la caractérise « d’année de l’expérience forcée du télétravail ».

Pour lire l'article cliquez ici.

7.png> Intervention de Benoit SERRE, Vice-président de l'ANDRH - Transports: comment éviter le chaos lundi ?

bt-franceinter.png> Intervention de Benoit SERRE, Vice-président de l'ANDRH - "Reconstituer les collectifs de travail va être complexe"

Copie de Boutons presse pour le site _49_.pngLes vacances d’été : pour beaucoup, un symbole auquel il ne faut pas toucher

 Oui, la question des vacances pourrait paraître anodine dans ce contexte épouvantable, remarque Benoît Serre, vice-président national délégué à l’Association des directeurs des ressources humaines (ANDRH). Au contraire, elle sera cruciale pour les entreprises. Car, à la rentrée, il faudra des équipes reposées de cette épreuve pour affronter la relance et se remettre dans le chaudron de la crise.

Pour lire l'article cliquez ici.

BT_Europe1.pngIntervention de Benoit SERRE, Vice-président de l'ANDRH (30'10)

"Les entreprises se démontrent à elles-mêmes qu'elles arrivent à le mettre en place, et qu'en plus ça marche", affirme Benoît Serre, vice-président de l’Association nationale des DRH.

5.pngDéconfinement: les actions envisagées par les DRH

Après avoir géré dans l'urgence les conséquences de la crise sanitaire liée au coronavirus, les DRH s'attellent désormais au déconfinement et à la reprise progressive du travail. Pour connaître la manière dont les DRH organisent la reprise, l ' ANDRHa interrogé 531 de ses adhérents issus de 62 groupes locaux sur les 70 que compte l'association. Premier enseignement: la santé et la sécurité des salariés restent au centre des préoccupations des professionnels RH. 85% des sondes DRH ont ainsi anticipé les commandes de masques dits "grand public" et de gels hydroalcooliques. Cependant des difficultés d'approvisionnement se font jour dans les plus petites organisations. 99% des DRH sont en outre favorables à la mise à disposition de gel hydroalcoolique, 94% pour la distribution de masques "grand public" et 79% pour la mise en place d'un suivi spécifique en lien avec la médecine du travail.

Pour lire l'article cliquez ici.

bt_francinfos.png> Intervention d'Audrey RICHARD, Présidente nationale de l'ANDRH (12'02)

bt_francinfos.pngIntervention de Benoit SERRE, Vice-président de l'ANDRH (23'00)

BT_Europe1.pngIntervention de Benoit SERRE, Vice-président de l'ANDRH (34'10)

7.png> Intervention de Laurence BRETON KUENY, Vice-présidente de l'ANDRH (15'02)

bt_francinfos.pngIntervention de Benoit SERRE, Vice-président de l'ANDRH - Déconfinement et retour au travail : "Un casse-tête d’organisation", dénonce l'association des DRH

bt-franceinter.pngIntervention de Benoit SERRE, Vice-président de l'ANDRH (41'05)

Copie de Boutons presse pour le site _55_.pngIntervention de Benoit SERRE, Vice-président de l'ANDRH - Déconfinement: voici le protocole qui doit être mis en place dans les entreprises

Copie de Boutons presse pour le site _43_.pngIntervention de Benoit SERRE, Vice-président de l'ANDRH - Le télétravail dopé par la crise sanitaire : vers un nouveau pacte social

BT_Europe1.png> Intervention de Benoit SERRE, Vice-président de l'ANDRH - Déconfinement : "Partout où il y a du télétravail, ça devrait le rester jusqu'au 2 juin"

Copie de Boutons presse pour le site _56_.png> Intervention de Benoit SERRE, Vice-présidnet délégué de l'ANDRH

LSQ.pngDéconfinement: les actions envisagées par les directions des ressources humaines

Après avoir géré dans l'urgence les conséquences de la crise sanitaire bée au Covid-19, les DRH s'attellent désormais

au déconfinement et à la reprise progressive du travail. Pour connaître la manière dont les DRH organisent la reprise, l'Association nationale des DRH (ANDRH) a interrogé 531 de ses adhérents issus de 62 groupes locaux sur les 70 que compte l'association. Premier enseignement: la santé et la sécurité des salariés restent au centre des préoccupations des professionnels

bt_lefigaro.pngDéconfinement: les entreprises face au casse-tête sanitaire de la reprise du travail

Le document, d'une vingtaine de pages, fixe un cadre précis sur sept axes de réflexion, allant de la gestion du flux de personnes à l'occupation des espaces de travail ou à la fourniture d'équipements de protection. Mais pour de nombreux acteurs du monde de l'entreprise, ce cadre s'avère rigide et complexe. C'est le cas de l'Association nationale des DRH, l'ANDRH, qui dénonce un mode d'emploi «très administratif» et «trop contraignant». À l'image des fonctionnaires qui l'ont rédigé…

«Avec ce protocole, on tombe dans un système de réglementation très jacobin alors que les entreprises et les organisations syndicales démontrent depuis près de deux mois un véritable dialogue social. Il y a des tas d'accords qui on tété conclus sans ce protocole», commente Benoît Serre, le vice-président de l'association.

Pour lire l'article cliquez ici.

bt_LEMONDE.pngLes DRH n’adhèrent ni au traçage ni à la prise de température

« Ce sont des dispositifs dont les contours sont encore très flous et Edouard Philippe n'a pas levé les doutes sur leur utilité [la prise de température n'a pas été évoquée dans l'allocution et le premier ministre a jugé prématuré le débat sur une application de traçage] . A ce jour, cela représente plus de difficultés de mise en place que d'avantages pour l'entreprise » , explique Benoît Serre, vice-président de l'ANDRH.

Pour lire l'article cliquez ici.

bt_acturh.pngDéconfinement : les pistes des DRH pour préparer les plans de retour au travail

"Les DRH préfèrent investir sur des mesures d’accompagnement sanitaire, de sécurité, d’hygiène plutôt que sur des mesures dites intrusives qui nécessitent l’accord du salarié, observe Audrey Richard, présidente de l’ANDRH. Ils ne veulent pas allez aussi loin, ces mesures ne concernent pas le travail".
Pour lire l'intégralité de l'article cliquez ici.

Copie de Boutons presse pour le site _50_.pngANDRH les DRH pensent l'après crise  

Selon une enquête flash, de l'Association nationale des directeurs des ressources humaines (ANDRH), 76 % d'entre eux anticipent un retour à l'activité normale. 33 % ont pensé que la numérisation accélérée de l'entreprise sera une conséquence positive de la crise. 97 § des organisations ont mobilisé un duo direction générale-fonctions RH, centrales selon l' ANDRH dans ces moments difficiles. 89% s ont mis en action une cellule de crise, en appui d'un plan de continuité d'activité dans 72 % des cas. Un taux imposant (95 %) mis en place le télétravail pour leurs salariés éligibles, même si 59 % sur la gestion du maintien d'une partie des effectifs sur site.

NewstankRH.pngDéconfinement : « 85 % des salariés sont informés sur la préparation de la reprise via les IRP » (ANDRH)

  • 53 % des répondants estiment que la crise a un impact neutre sur le climat social dans leur entreprise ;
  • Les répondants évaluant leur appréhension de la reprise d’activité positivement sont plus nombreux que celles et ceux qui l'évaluent avec difficultés (34 % contre 22 %)
  • 99 % des sondés sont favorables à la mise à disposition de gel hydroalcoolique dans les locaux ;
  • 51 % ne sont en revanche pas favorables à une prise de température à l’entrée des locaux ;
  • Dans 85 % des cas, les salariés sont informés sur la préparation de la reprise via les représentants du personnel.

Tels sont les principaux résultats de l’enquête : « Déconfinement : les DRH s’organisent pour préparer la reprise », réalisée par l’ANDRH et publiée le 30/04/2020. 

Copie de Boutons presse pour le site _52_.pngUn tiers des DRH est favorable à la mise en place d’un outil de tracking au sein de leur entreprise (ANDRH)

Le 30 avril 2020, l’ANDRH publie la deuxième vague de son sondage flash dédié aux DRH face au Covid-19. Interrogés entre le 20 et le 27 avril 2020, les 531 adhérents de l’association qui ont répondu par voie électronique préparent la reprise d’activité. Si les mesures de santé et d’hygiène nécessaires mettent tout le monde d’accord, les mesures plus intrusives ou nécessitant l’accord des salariés recueillent moins les faveurs des DRH. Un tiers d’entre eux sont favorables à la mise en place d’un outil de tracking au niveau de l’entreprise.

bt_francinfos.pngOpen space, machine à café, télétravail : ces habitudes qu’il va falloir changer

Copie de Boutons presse pour le site _51_.pngDéconfinement : les DRH sur le pied de guerre

Les équipes RH appréhendent plutôt positivement la reprise de l’activité et n’ont pas attendu pour se mettre à la tâche. Une étude flash menée par l’ANDRH, du 20 au 27 avril, auprès de ses membres* indique que 85% d'entre eux ont déjà anticipé les commandes de matériel de protection. Les mesures d’hygiène sont bien accueillies : 99% des DRH sondés sont favorables à la mise à disposition de gel hydroalcoolique, 94% pour la distribution de masques "grand public" et 79% pour la mise en place d'un suivi spécifique en lien avec la médecine au travail.

Pour lire l'intégralité de l'article cliquez ici.

Logo_challenges.pngIntervention de Benoit SERRE, Vice président délégué de l'ANDRH - Le défi du déconfinement pour les entreprises - 30/04


PICTO_DOC.pngRetrouvez  le communiqué de presse en cliquant ici.

PICTO_DOC.pngRetrouvez  les résultats détaillés de l'enquête flash en cliquant ici.

Partager cette publication :

Articles similaires :

Vous devez être identifié pour laisser un commentaire