< Actualités

Témoignage : la mise en place du bilan social individuel

Haribo France a mis en place le bilan social individuel (BSI) en 2016 afin de valoriser sa politique de rémunération globale. Comment élaborer son BSI ? Quel rôle pour les managers ? Comment acculturer les collaborateurs à l’économie de l’entreprise ? Eléments de réponse avec Sylvain Chardard et Delphine Grugnardi, respectivement DRH et RRH d’Haribo France.
Sommaire

Article issu de notre magazine (numéro 603 mai-juin 2020)

Pourquoi avoir mis en place le BSI chez Haribo France ?

Sylvain Chardard : Chez Haribo, nous nous nous inscrivons dans des relations de confiance et de long terme avec nos collaborateurs. Dans cette optique, la transparence est essentielle. Il était pertinent de proposer à nos salariés un document regroupant de manière claire la rémunération et les avantages dont ils disposent dans l’entreprise. Mettre en place le BSI, c’est aussi donner les clés de compréhension et des connaissances sur le fonctionnement de l’entreprise aux collaborateurs et aux managers.

« Tous les managers ont reçu une note d’information leur détaillant le contenu et l’objectif du BSI et ont reçu les bilans individuels des membres de leur équipe afin d’être en capacité de répondre à leurs questions le cas échéant. » 

Comment le projet a-t-il été soutenu par le comité de direction ?

SC : Le comité de direction a soutenu la démarche dès le départ, notamment parce qu’elle nous permet de nous démarquer et de mettre en valeur la politique de rémunération globale de l’entreprise. Contrairement à d’éventuelles craintes de départ, notre démarche de transparence a été payante et il y a eu très peu de réclamations individuelles suite à la mise en place du BSI. Nous avons accompagné et responsabilisé les managers avec la mise en place de cet outil. 


Delphine Grugnardi : En effet, tous les managers ont reçu une note d’information leur détaillant le contenu et l’objectif du BSI et ont reçu les bilans individuels des membres de leur équipe afin d’être en capacité de répondre à leurs questions le cas échéant.

Comment s’est déroulé ce projet concrètement ?

DG : Il nous a fallu environ trois mois de travail pour aboutir à notre premier BSI, avec l’accompagnement d’un prestataire. Le travail initial a consisté à lister tous les avantages et éléments de rémunération afin d’avoir une photographie très précise de la politique de rémunération globale de l’entreprise. Nous avons ensuite recueilli et compilé les données individualisées et élaboré la maquette de l’outil. 


SC : Il ne faut pas négliger les réflexions autour du graphisme et du rendu final du BSI afin qu’il soit accessible et attractif. Nous avons opté pour un visuel en accord avec la charte graphique d’Haribo France, et changeons à chaque nouvelle édition certains éléments pour coller avec les produits phares de l’année.

« Nous avons également fait le choix de proposer un historique sur 10 ans de l’évolution de la rémunération brute et de l’épargne salariale, ainsi que de l’évolution des augmentations du salaire de base brut comparée au taux d’inflation. » 

Comment est organisé le BSI chez Haribo ?

DG : Côté contenu, nous ouvrons le BSI par un édito et faisons le point sur les moments forts de l’année passée et de l’année à venir. Les pages centrales présentent toutes les composantes de la rémunération globale :

  • Le salaire fixe
  • Le salaire de performance (primes)
  • Les autres éléments de salaire (complément individuel, contraintes de postes…)
  • La participation
  • L’intéressement
  • La mutuelle
  • La prévoyance
  • L’article 83

Enfin, nous rappelons le calendrier de versements (primes, participation, intéressement), les contacts utiles (prévoyance et mutuelle) et les autres avantages disponibles (prime de transport, restauration…).

SC : Nous avons également fait le choix de proposer un historique sur 10 ans de l’évolution de la rémunération brute et de l’épargne salariale, ainsi que de l’évolution des augmentations du salaire de base brut comparée au taux d’inflation. 


DG : A l’avenir, nous envisageons de donner une plus grande place dans le bulletin aux données individuelles consacrées à la formation, afin de communiquer sur l’investissement réalisé par l’entreprise pour la montée en compétences des collaborateurs.
 

Comment accompagnez-vous les collaborateurs dans la compréhension des enjeux économiques ?

SC : Parler de rémunération globale des salariés implique d’évoquer notamment la participation et l’intéressement, et donc la manière dont le résultat de l’entreprise est créé. La mise en place du bilan social individuel chez Haribo France s’inscrit dans un dispositif plus large de formation des salariés à la culture économique et financière de l’entreprise lancé en 2018. L’ensemble des salariés assiste ainsi à une session d’information de quatre heures, dont le contenu a été créé par les fonctions RH, finance et quelques managers opérationnels. 

Ces sessions nous permettent de faire le point sur le fonctionnement de l’entreprise, les notions clés (chiffre d’affaires, charges, résultat…), les investissements réalisés et la partage de la valeur. Nous avons souhaité faire de ces formations des moments ludiques et pédagogiques, axés sur l’échange avec nos salariés. 

Quel est votre retour d’expérience sur la mise en place du BSI ? 

DG : La mise en place du BSI a été très bien accueillie par les salariés. Plébiscité, il existe désormais une véritable attente autour de cet outil. Je recommande aux professionnels RH souhaitant le mettre en place d’avoir une ressource dédiée, notamment lors de la mise en place, car il s’agit d’un projet relativement chronophage et pour s’assurer de la qualité des données transmises.  

Lectures liées
Le magazine de l'ANDRH

Emploi et handicap : lancer une politique de recrutement volontariste

Maison Kayser, réseau de boulangeries artisanales créé en 1996, s'est engagé dans une politique de recrutement inclusive pour les personnes en situation de handicap. Sourcing, adaptation des postes de travail, intégration dans l'équipe, management... Claudia Carpentier, chargée de recrutement, nous détaille les actions mises en place.

Le magazine de l'ANDRH

Comment collaborer avec des start-up RH ?

Les start-up RH sont en plein essor et il n’est pas rare de recevoir des sollicitations quotidiennes pour tester et découvrir de nouvelles solutions digitales en tant que (D)RH. Comment faire son choix dans la multitude d’outils et d’acteurs sur le marché ? Fabien Rault, responsable de Rhizome, éclaire les éléments clés d’une démarche d’innovation RH.

Le magazine de l'ANDRH

Personnel évolue et devient Le magazine de l'ANDRH !

Comme vous le savez, en tant que (D)RH, vos pratiques professionnelles évoluent en permanence. Alors, quoi de plus normal que la publication qui vous accompagne tout au long de l’année évolue aussi ? Qu’est-ce que cela change ? Nous vous expliquons tout !