< Actualités

Devenir conseiller prud’hommes, découvrez le témoignage d’Alexis Berthel (ANDRH Savoie-Mont Blanc)

Alexis Berthel est DRH et conseiller prud’hommal. Il est revenu, avec 3 autres adhérents conseillers et juges prud’hommaux, sur les raisons de cet engagement et la formation nécessaire pour effectuer cette mission dans le supplément "Droit social" du magazine de l'ANDRH (juin 2022).
Sommaire

Témoignage publié dans le supplément « Droit social » du magazine de l’ANDRH !

Pourquoi avoir décidé de devenir conseiller prud’hommes ?

Alexis Berthel : Devenir conseiller prud’hommes entre en totale adéquation avec mes envies et mes projets professionnels.

Exercer ce mandat m’a permis d’atteindre un niveau en droit du travail, en procédure et en réflexion juridique extrêmement satisfaisant dans le cadre de mes fonctions de DRH. La notion de justice est aussi une de mes valeurs qui a su motiver ce choix.

« Je consacre entre 10 et 15 heures à cette fonction par mois. »  

Cette activité est omniprésente au regard de l’information et de la mise à jour constante qu’elle nécessite. Etant très impliqué dans ce rôle, celui-ci prend une place importante dans mon quotidien notamment sur l'apprentissage des procédures et du maintien en compétences. Je consacre entre 10 et 15 heures à cette fonction par mois. 

« Cela me permet d’apporter l’expertise juridique dont je dispose à mon entreprise et de préparer nos contentieux avec la réflexion nécessaire à la constitution d’un dossier solide. » 

Qu’est-ce que cela vous apporte dans votre pratique de DRH ?

A.B. : Cela m’apporte de solides compétences en droit du travail et sur la connaissance des procédures civiles. Aussi, je comprends les rouages et réflexes juridiques auxquels je suis confronté côté employeur. Cela me permet d’apporter l’expertise juridique dont je dispose à mon entreprise et de préparer nos contentieux avec la réflexion nécessaire à la constitution d’un dossier solide.

Découvrez trois autres témoignages de RH conseillers et juges prud’hommaux en cliquant ici ! 

Avez-vous été formé ?

A.B. : Les conseillers prud’hommaux sont formés par l’Ecole Nationale de la Magistrature. J’ai suivi 5 jours de formation (3 en e-learning et 2 en présentiel à l’ENM Paris). Ces formations délivrent le cadre général de l’exercice des fonctions de conseiller prud’hommes (rédaction de jugement, rôle du juge, procédures…).

Ensuite, il est indispensable de se former tout au long de sa carrière en restant attentif aux dernières jurisprudence ou évolutions du droit du travail.

J’ai également un syndicat patronal très actif sur la formation des conseillers qui propose plusieurs formations par an. Aussi, j'estime que chaque personne est acteur de sa propre évolution et qu'il appartient à tout un chacun de se former seul sur les évolutions liées au code civil ou du travail. 

Concrètement, en quoi consiste cette activité ?

A.B. : Rendre un jugement qui est une décision motivée, après avoir délibéré, à partir de faits écrits et de preuves administrées selon les règles de droits afin de mettre fin à un litige.

Plus concrètement, il existe 3 principales parties :

  • la conciliation : c'est un échange présidé par les conseillers dans l'objectif d'arriver à un accord entre le demandeur et le défendeur.
  • le bureau de jugement : l'audience de jugement où les parties présentent leurs prétentions et arguments.
  • le délibéré : échanges entre les conseillers afin d'aboutir à un jugement commun. 

Quels conseils donneriez vous à vos pairs RH ?

A.B. : Dès que l’opportunité se présente il faut la saisir sans hésiter. 
Le mandat de conseiller prud’hommes est enrichissant sur tous les plans et confère la dynamique d’une évolution intellectuelle sur le domaine du droit et des procédures. Il faut aussi avoir conscience que cela demande de l’investissement et de l’engagement.

Pour aller plus loin 

À Télécharger
Trois autres témoignages de RH conseillers et juges prud’hommaux
274,76 Ko
Les intervenant(e)s
Alexis Berthel,
Directeur des Ressources Humaines Groupe PANTHERA
Photo : Canva
Lectures liées
Actualité sociale

L’UE fixe à 40% l’obligation de féminisation des conseils d’administration

Dix ans après la loi française Copé-Zimmerman instituant un quota de 40% de femmes au minimum dans les conseils d’administrations, l’Union européenne a statué fin novembre sur une obligation de même nature, à l’échelle communautaire. Sont ciblées les entreprises cotées de plus de 250 salariés à horizon 2026.

Actualité sociale

[Replay] Actualité sociale avec Lefebvre Dalloz

Lors de ce wébinaire sur l’actualité sociale, nous décrypterons la loi marché du travail (abandon de poste, assurance chômage, refus de CDD, validation des acquis et de l’expérience), ainsi que les mesures sociales de la loi de finances et de la loi de financement de la sécurité sociale pour 2023. Nous aborderons aussi les contours de la future réforme des retraites. Ce webinar est proposé en partenariat avec Lefebvre Dalloz.

Actualité sociale

Elections professionnelles CSE : le calendrier électoral en 6 étapes

Les élections professionnelles du CSE doivent respecter un calendrier électoral précis, d'une durée moyenne de 2 mois. Découvrez les 6 étapes incontournables dans cette infographie.