< Actualités

La transition écologique, ça concerne mon entreprise ?

Les changements climatiques et le déclin de la biodiversité que la planète connait aujourd'hui représentent un défi global pour tous les acteurs, qu'ils soient politiques, économiques ou citoyens. De nombreuses publications (GIEC, IPBES, SNBC…) confirment l’ampleur des transformations nécessaires pour apporter une réponse juste et durable à cet enjeu primordial. Quels sont les enjeux pour votre entreprise ?
Sommaire

C’est une évolution profonde de nos économies et de nos sociétés, que doivent réaliser l’ensemble des acteurs : pouvoirs publics, citoyens, associations, entreprises…

La mobilisation de tous est nécessaire afin d’atteindre la neutralité carbone et de restaurer la nature tout en assurant l’équité de cette transformation. Le projet est ambitieux mais possible !

La France ayant désormais passé le cap d’une électricité largement décarbonée et ayant fortement réduit les émissions de carbone de son industrie, les solutions résident maintenant dans les domaines de la mobilité, du bâtiment, de l'agriculture et de l'alimentation, ainsi que des modes de consommation. On le voit, la transition écologique ne concerne pas uniquement les acteurs dont le développement durable est au cœur de leur activité, elle s'étend également à toutes les entreprises dans une approche systémique. Les enjeux environnementaux sont à la source de ce qui apparait comme une véritable révolution sociétale.

Les risques environnementaux : quels impacts sur l’économie et les entreprises ?

 

Les changements climatiques et la perte de biodiversité créent des risques concrets pour l’économie mondiale et pour la pérennité des entreprises. L’identification des risques environnementaux tout au long de leur chaîne de valeur deviennent pour les entreprises des conditions essentielles pour assurer leur pérennité. L’arrêt de la circulation de marchandise sur le Rhin pour cause de sécheresse, mais aussi la crise de la covid-19, ou le blocage du canal de Suez par l’Evergreen sont autant d’exemples concrets de la matérialité bien réelle de ce qu’on qualifie couramment de risques extra-financiers.

 

Les risques environnementaux, enjeu majeur à l’échelle planétaire

Evènements extrêmes, crise climatique qui s’aggrave… Depuis plusieurs années, les risques environnementaux ont émergé comme des menaces majeures. En 2020, pour la première fois, le top 5 des risques identifiés dans le rapport annuel du Forum économique mondial était constitué de risques liés à l’environnement, devant les risques économiques, géopolitiques ou technologiques.

 

Un impact financier substantiel : 1260 milliards de dollars en 5 ans

Dans son rapport "Transparency to transformation : a chain reaction" paru en février 2021, l’ONG CDP évalue l’impact financier du changement climatique, de la déforestation et de l’insécurité hydrique à 1 260 milliards de dollars pour les entreprises (dont 120 milliards d'euros sur les seules chaînes d’approvisionnement) sur les cinq prochaines années. Les évolutions d’habitudes de consommation, la difficulté d’accès au capital ou encore des dépenses opérationnelles accrues sont notamment en cause.

Dans certains secteurs, les entreprises sont particulièrement exposées à une perte de valeur. C’est le cas des acteurs des énergies fossiles dont la capitalisation boursière a fortement baissé. Le poids du secteur pétrolier et gazier dans le CAC40 est par exemple passé de 13 % à 6 % entre 2010 et 2020. 

 

Des risques qui concernent toutes les entreprises

Mais toutes les entreprises sont concernées et différents types d’alertes peuvent advenir. Si les risques opérationnels sont directement liés aux impacts physiques de la crise écologique, les risques réglementaires, financiers, de marché et de réputation sont bien réels.

Face à ces enjeux et dans un contexte où la prise de conscience de la société et la pression des parties prenantes sont accrues, des transformations s’avèrent incontournables. Nombreuses sont les entreprises qui font évoluer leur stratégie et leur business model pour réduire les menaces auxquelles elles sont confrontées et les transformer en de nouvelles opportunités et leviers de croissance. C’est le cas par exemple de TotalEnergies qui diversifie ses activités (fourniture d’électricité, productions d’énergies renouvelables, services…) ou de Renault qui s’est fixé pour objectif d’électrifier 100 % des nouveaux modèles de véhicules particuliers d’ici 2025.

 

Une révolution sociétale et économique

L’impact de la transition écologique diffère en fonction des secteurs : l’activité de certains sera particulièrement touchée (en particulier ceux fortement liés aux énergies fossiles), d’autres verront leur activité croître de façon importante (énergies renouvelables, rénovation du bâtiment, développement des transports doux, partagés et collectifs) ou encore vivront des évolutions internes (passage du véhicule thermique à l’électrique dans les transports).Pour les entreprises, anticiper ces évolutions, organiser et préparer leurs collaborateurs à ces transitions s’avère donc vital.

Pour atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2050, l’étude ZEN2050 a évalué que la France doit diviser par deux la consommation d’énergie finale et diminuer ses émissions de 80 % par rapport à 2015, soit 4 % à 5 % par an (versus 0,5 % par an sur les 20 dernières années. L’ampleur de cette transformation est telle que tous les secteurs de l’économie sont concernés : les émissions du secteur agricole diminueraient de moitié tandis que celles des secteurs du bâtiment et du transport atteindraient plus de 90 %. Mais il y a de bonnes nouvelles !

Les principales conclusions de l'étude ZEN2050 :

  • La neutralité carbone est compatible avec la prospérité économique, la création d'emploi et ne nécessite pas de renoncer à bien vivre.
  • L'atteinte de cette neutralité est possible si tous les acteurs, pouvoirs publics, entreprises et citoyens acceptent cette transformation qui va demander des efforts significatifs et décident d'agir ensemble pour l’engager.
  • Pour les entreprises, cette transformation implique d’adapter leurs pratiques voire leur modèle économique, et donc leurs politiques RH notamment en termes de Gestion des Emplois et des Parcours Professionnels (GEPP)

 

Vous voulez en savoir plus ? Inscrivez-vous au programme ANDRH "Transition environnementale & RH" et recevez chaque jour un mail pour monter en connaissance et compétences sur ce sujet ! Du 8 au 12 novembre 2021.

 

Pour aller plus loin 

Les intervenant(e)s
David Laurent,
Responsable du pôle Climat et Ressources d'Entreprises pour l'Environnement (EpE)
Lectures liées
Environnement

[DOC] Webinar Transition écologique & compétences: quelle statégie de formation ?

Retrouvez le replay du webinar "Transition écologique & compétences: anticiper la transformation" afin de découvrir les clés, les outils, pratiques et approches afin d'identifier les compétences concernées par la transition écologique et d'appréhender l’évolution de l’offre de formation pour y répondre.

Environnement

Transition écologique: embarquer tous les collaborateurs au quotidien !

Découvrez comment les DRH peuvent encourager le passage à l’action, en proposant un cadre de travail écoresponsable et en favorisant l’engagement de leurs collaborateurs autour de cette thématique

Environnement

Transition écologique, cas pratique avec Karima Silvent, DRH de l'année 2021

Karima Silvent, DRH du groupe AXA et récemment élue DRH de l'année 2021 nous explique dans le podcast "Transition écologique, emploi et compétences" la façon dont le groupe AXA négocie le virage de la transition écologique en transformant en profondeur toute son organisation.