← Actualités

Témoignage : développer une politique de QVT ambitieuse

La Saline Royale d’Arc-et-Senans s’est dotée d’une palette d’outils en faveur du bien-être au travail à partir de 2014 et fait de la gestion des ressources humaines l’un des moteurs de son développement. Zoom sur ce projet d’ampleur avec le directeur général adjoint de cette structure et président du groupe ANDRH Franche-Comté, Nicolas Combes.
Sommaire

Article issu de notre magazine (numéro 605 sept-oct 2020)

Comment avez-vous structuré la politique bien-être de votre structure ? 

Nicolas Combes : Nous avons réalisé un vaste diagnostic concernant le bien-être à la Saline royale d’Arc-et-Senans en 2014. Cet audit de plusieurs mois a notamment été composé d’entretiens individuels et d’entretiens collectifs. Ce travail a été encadré par un comité de pilotage associant le médecin du travail, les représentants du personnel, l’assistant social du personnel du Département du Doubs et deux représentants de la direction. 

Nous avons restitué l’ensemble de ces travaux à l’ensemble du personnel et les membres du Conseil d’Administration afin de partager ce diagnostic de manière transparente. Le diagnostic a fait ressortir le sujet deux principaux facteurs de RPS : des conflits interpersonnels anciens générant parfois des arrêts de travail, et l’augmentation de la charge de travail due à l’accélération du volume d’activité du restaurant et de l’hôtel. 

« Nous prenons le sujet des conflits interpersonnels au sérieux et avons recours à la médiation si nous observons une situation préoccupante. »

Quelle politique avez-vous ensuite déployée ?

NC : Nous sommes passés d’une logique de réparation dans l’urgence à une logique de prévention des risques et de recherche de bien-être au travail, sur la base de ces constats. Notre établissement a révisé en profondeur son organisation sur quatre axes : 

  • La régulation des conflits interpersonnels, 
  • La suppression des travaux de force par l'achat de nouveaux équipements, 
  • La prévention des risques psychosociaux,
  • L’encouragement à la polyvalence et à la mobilité, 

Comment avez-vous associé les salariés à cette politique ?

NC : Les salariés ont pris part à l’élaboration de cette politique en amont, en étant écoutés lors de la campagne d’entretiens pour réaliser le diagnostic, et au sein de séminaires et groupes de travail après le partage des résultats. La direction a tenu à organiser un séminaire de formation pour l’ensemble des salariés afin de déterminer ensemble les valeurs communes de l’organisation. 

Trois valeurs essentielles ont été exprimées : la solidarité entre salariés, la cohérence du projet culturel avec l’histoire de la Saline et la place donnée à la créativité dans nos métiers et dans les offres proposées aux visiteurs. Ce premier séminaire a été renforcé par des séminaires plus spécifiques par la suite (formations au management, cohésion d’équipe…). Les salariés ont beaucoup apprécié ces séminaires, estimant qu’ils avaient permis d’accroître fortement le niveau de confiance, d’ouverture et de solidarité entre les salariés. Enfin, les représentants du personnel ont joué un rôle déterminant dans le plan d’action mis en place en 2014 et dans son suivi au fil des ans. 

Nous avons depuis franchi le seuil des 50 ETP et le comité de pilotage mis en place est donc devenu un CHSCT, puis un organe au sein du CSE.

« L’amélioration de l’ambiance de travail a eu pour effet de diminuer fortement le nombre d’arrêts maladie. 

Quelles actions avez-vous mis en place pour gérer les conflits interpersonnels ?

NC : Notre objectif est de créer une culture bienveillante dans laquelle il est possible de se dire les choses pour avancer. Nous prenons le sujet des conflits interpersonnels au sérieux et avons recours à la médiation si nous observons une situation préoccupante. Ce sujet est également évoqué au sein du CSE, de manière transparente et détaillée. Nous n’hésitons pas à mettre en place des mini-commissions « médiation » dédiées pour régler les difficultés rencontrées, composées d’un représentant employeur et d’un représentant des salariés

Le rôle du représentant des salariés est crucial dans ces médiations car cela permet d’équilibrer l’animation des discussions. Ce dispositif est très utile et permet à chacun de prendre conscience du point de vue de l’autre, et s’appuie sur les propositions d’amélioration de la part des personnes concernées elles-mêmes. Les responsables d’équipe dans un premier temps, puis tous les salariés, ont été formés lors des séminaires sur la communication non-violente et les techniques de résolution de conflit (expression de son ressenti, proposition de solutions…). Ces actions portent leurs fruits et les conflits trouvent aujourd’hui des solutions concrètes et simples. 

Vous avez aussi mis en place une permanence psychologique ?

NC : Tout à fait, nous avons établi une convention permanente avec une psychologue du travail afin de permettre à nos salariés d’échanger gratuitement et de façon confidentielle s’ils ressentent des difficultés dans le cadre de leur travail. Son rôle est d’évaluer la part du travail dans les difficultés remontées par le salarié et d’apporter un soutien ou, le cas échéant, d’orienter la personne vers un autre professionnel de santé. Ce dispositif fonctionne et fait l’objet d’environ trois consultations par an depuis sa mise en place. 

"Qu’un salarié fasse la démarche de contacter une psychologue du travail est déjà en soi un pas très important."

Proposer ce contact gratuitement et communiquer régulièrement sur ce dispositif participe à notre culture de prévention. Le fait qu’un salarié fasse la démarche de contacter une psychologue du travail est déjà en soi un pas très important car il s’agit d’accepter d’être en inconfort et de demander un soutien. Tous les salariés l’ont tous rencontrée au moins une fois, et la direction rappelle régulièrement ce partenariat lors de communications générales (via les représentants du personnel, au sein de newsletters…) ou directement auprès de personnes que nous savons fragilisées.

Quels sont les résultats de cette politique bien-être ?

NC : Les salariés se sentent davantage reconnus, et mieux pris en considération, quand leur entreprise investit pour améliorer leurs conditions de travail. L’amélioration de l’ambiance de travail a eu pour effet de diminuer fortement le nombre d’arrêts maladie. L’investissement des salariés dans leur travail a fortement augmenté dans les services où l’achat de nouveaux équipements a permis de transformer leur quotidien. 

À Télécharger
Télécharger l'article entier : "Témoignage : développer une politique de QVT ambitieuse"
135,32 Ko
Lectures liées
Santé & QVT

Le "mieux être au travail" : une nouvelle norme à venir ?

Vous souhaitez amorcer une démarche en matière de mieux-être au travail au niveau international mais vous ne savez pas comment vous y prendre ? Des travaux ISO commencent sur le projet de norme « Workplace Wellness — Creation and promotion of practices to improve wellbeing and effectiveness », c’est l’occasion de participer à la création d’une démarche intégrée de santé globale favorisant la création et le maintien de milieux de travail, favorables à la santé et au mieux-être des employés.

Santé & QVT

Parcours - Santé mentale : comment accompagner les collaborateurs ?

Le parcours sur la santé mentale, en partenariat avec Alan, continue ! Dans un contexte où les cas d’absentéisme, de stress professionnel et de burn-out ne cessent d’augmenter, prévenir et accompagner ses collaborateurs relève aujourd’hui d’une importance fondamentale. Lydia Martin, psychologue du travail, partage son expertise sur la question et délivre ses conseils pour conduire la passation entre les RH et la médecine du travail.

Le magazine de l'ANDRH

Saint-Gobain Football Cup : soigner sa marque employeur par le sport

Réunir jeunes talents et professionnels sur un terrain pour disputer le plus grand tournoi de football étudiant avant de parler marque employeur ? Tel est l’objectif de la Saint-Gobain Football Cup. Rencontre avec Isabelle Bonhomme, directrice du développement RH et du talent acquisition du groupe. Une interview publiée dans le numéro de janvier-février du magazine de l'ANDRH (dossier Recrutement et Emploi).