< Actualités

Témoignage : ouvrir ses bureaux vides aux sans-abris pour la nuit

Les Bureaux du Cœur est une association dont l'objectif est de favoriser le logement de personnes en grande précarité au sein des bureaux de ses entreprises membres, le soir et le week-end. Découvrez cet engagement solidaire, porté par son fondateur, Pierre-Yves Loaëc, président de l’agence de communication Nobilito et fondateur des Bureaux du Cœur.
Sommaire

Article issu de notre magazine (numéro 610 mai 2021)

Quelle est la genèse des Bureaux du Cœur ce projet ? 

Pierre-Yves Loaec : D’abord un terreau favorable : j’évolue au sein du Centre des Jeunes Dirigeants d'entreprises (CJD), véritable action tank d’entrepreneurs, dont la philosophie est de penser l’économie au service de l’Homme. Ensuite, je croisais régulièrement des personnes sans-abris à proximité de mon entreprise et je trouvais paradoxal qu’ils et elles dorment dehors alors que la plupart des bureaux sont vides et chauffés la nuit. De plus, la question de l’accueil de nuit est l’une des difficultés des acteurs agissant en faveur des sans-abris. Sans n’avoir jamais été engagé par le passé dans la cause du mal-logement, j’ai décidé en 2018 de lancer une réflexion au sein du CJD Nantes, sur la possibilité d’ouvrir nos bureaux à des personnes sans-abris pour la nuit.

Avec une quinzaine de membres, nous avons lancé une réflexion d’un an afin d’étudier la faisabilité d’un accueil de nuit dans nos locaux, en étudiant tous les paramètres : assurance, aménagement des locaux, communication avec nos collaborateurs… Nous avons ensuite rencontré les associations nantaises engagées pour les sans-abris pour leur présenter ce projet et avons lancé ensemble une expérimentation à l’automne 2019 en accueillant un premier « invité » : une femme victime de violences conjugales ayant dû fuir son logement en urgence, et vivant dans sa voiture alors même qu’elle travaillait. Elle y est restée environ un mois, le temps de récupérer la garde de son enfant et de repartir du bon pied.

« Je trouvais paradoxal qu’ils et elles dorment dehors alors que la plupart des bureaux sont vides et chauffés la nuit. »

Que proposez-vous aujourd’hui aux personnes sans-abris ? 

P-Y L : L’entreprise hôte accueille une personne le soir et la nuit, en partenariat avec les acteurs spécialisés du territoire, pour une durée de quelques semaines à quelques mois. La personne sans-abris arrive dans les bureaux en fin de journée, après sa journée (de travail, de formation, de rendez-vous de suivi social…) et part le matin, lorsque les premiers collaborateurs rejoignent l’entreprise. On lui demande qu’elle soit prête vers environ 8h30. Il est courant qu’elle prenne un café avec les collaborateurs avant de commencer sa journée. 

La personne sans-abris passe ainsi une soirée et une nuit seule, en sécurité. Elle retrouve aussi son intimité, particulièrement difficile à avoir lorsqu’on loge dans des lieux collectifs. 

Quel est le profil de la personne sans-abris hébergée dans chaque entreprise volontaire ? 
 

P-Y L :  Pour le bon déroulement du projet, il est évidemment important de se pencher sur la situation de la personne accueillie. Les locaux sont initialement prévus pour une activité économique et il est donc nécessaire que la personne accueillie n’ait pas de problème qui nécessite de soin médical (psychiatrique, addiction, hygiène…), qu’elle n’ait pas d’animal ou en encore qu’elle n’ait pas été poursuivie pour des questions de mœurs. Le choix des personnes accueillies se fait en bonne intelligence avec les partenaires associatifs. Nous signons ensemble une charte de valeurs et un cahier des charges.

« Depuis le lancement de l’expérimentation, une vingtaine de bénéficiaires ont été accueillis à Nantes. »

S’engager dans les Bureaux du cœur nécessite-il un aménagement des locaux ? 

P-Y L : Nous demandons aux entreprises d’aménager un espace préférentiellement dédié avec un coin pour dormir, afin de garantir l’intimité de la personne. Le reste des locaux peut en revanche être fermé et/ou surveillé si l’entreprise le souhaite. Il est également nécessaire qu’un accès aux sanitaires soit possible mais la douche n’est pas obligatoire car de nombreux accueils de jour en disposent. 

Enfin, un équipement pour réchauffer un repas ainsi qu’une armoire qui ferme à clé (le design suédois est parfait…) sont des critères importants pour devenir hôte. Les aménagements nécessaires vont de 0 à 2000€ grand maximum, en fonction des locaux. 

Comment devenir un hôte Bureaux du cœur ? 

P-Y L : N’hésitez pas à nous contacter sur notre site, en remplissant un formulaire de contact. Les Bureaux du Cœur vous recontacteront et vous apporterons toutes les réponses aux questions juridiques, assurancielles, de fonctionnement, d'intégration, de relation avec vos collaborateurs que vous vous posez. 

En fonction de votre projet, une visite de pré-accueil est organisée avec votre futur invité. Si cette visite est concluante, vous pouvez démarrer l'accueil. L'association vous accompagne et vérifie avec vous que l'intégration se déroule correctement. Nous créons simplement les conditions de la solidarité et créons des liens très forts avec nos « invités »  !

« La solidarité crée quelque chose d’absolument incroyable, c’est une aventure humaine pour vous et votre équipe. »

Lectures liées
Le magazine de l'ANDRH

RSE : Attention aux impacts du greenwashing et du greenworking !

La lutte contre le greenwashing s’est implantée dans le débat sociétal. L’intégration du critère environnemental dans les relations sociales et individuelles de travail peut être source de contentieux s’il est mal appréhendé. La politique RSE des entreprises se doit donc d’être transparente et conforme à la réalité des pratiques afin d’éviter les contentieux de demain. Décryptage des impacts en droit social de cette notion par Aymeric de Lamarzelle, avocat associé, et Santhi Tillenayagane, avocate, Actance.

Le magazine de l'ANDRH

Témoignage : Recruter plus vite et mieux, en améliorant l'expérience candidat

Filiale du groupe Casino, franprix transforme son organisation et ses magasins depuis quelques années pour répondre aux attentes de ses clients. Évolution des métiers, process de recrutement, expérience candidat…. Retour avec Jonathan Goldfarb, directeur recrutement, formation et projets digitaux RH de franprix sur l’innovation RH au sein de l’entreprise.

Le magazine de l'ANDRH

Devenir conseiller prud’hommes, découvrez le témoignage d’Alexis Berthel (ANDRH Savoie-Mont Blanc)

Alexis Berthel est DRH et conseiller prud’hommal. Il est revenu, avec 3 autres adhérents conseillers et juges prud’hommaux, sur les raisons de cet engagement et la formation nécessaire pour effectuer cette mission dans le supplément "Droit social" du magazine de l'ANDRH (juin 2022).