< Actualités

Dénonciations en ligne : les dessous du name & shame

Balance ta start-up, ton agency ou encore ton école supérieure… Depuis peu, les comptes de dénonciation anonymes semblent fleurir sur les réseaux sociaux, visant à exposer au grand jour les agissements d’individus ou d’organisations. Quels sont les origines de cette libération de la parole et leurs impacts pour les organisations ciblées ? C’est ce que nous vous proposons de découvrir dans ce grand angle !
Sommaire

Par où commencer ? Peut-être par le début et en définissant ce qu’est le name & shame ? Il s’agit d’une expression anglosaxonne caractérisant une pratique apparue outre-Manche à la fin des années 2000. Si l’on opte pour une traduction littérale des termes, cela consiste donc à nommer et à faire honte à un individu ou à une organisation sur la place publique. 

Extrait d'un grand angle publié dans le numéro 612 du magazine de l'ANDRH ! 

Bien que les raisons pour entreprendre ce type de démarche puissent être variées selon les individus ou entités à l’origine de la dénonciation, le but est commun : mettre en lumière des pratiques jugées comme non éthiques. Jusque-là, avant l’avènement des réseaux sociaux, les médias traditionnels étaient les canaux privilégiés pour mener ce genre de campagne. Mais de nos jours, un smartphone et une connexion Internet suffisent amplement ! 

Et cela a largement été démontré notamment lors d’affaires de type « #MeToo » qui ont bousculé l’ordre établi et mis fin à la culture du silence dans certaines industries. Sauf qu’aujourd’hui, ce qui semblait être à l’origine un mouvement visant à toucher des personnes bien identifiées semble s’étendre à de nombreux secteurs, touchant ainsi tous type de cibles (structures et individus).

Vous avez vu sur Instagram ?

Pour mesurer par soi-même l’ampleur de ce phénomène ces derniers temps, un simple tour sur Instagram en tapant le mot-clé « balance » suffit. Ce que l’on y trouve ? Des dizaines de comptes visant à dénoncer des secteurs d’activité, des professions ou encore des structures. 

Bien que les audiences de ces comptes soient plus ou moins larges, et que les publications soient plus ou moins régulières, ce que l’on peut observer, c’est que l’idée séduit et fait des émules. Post après post, les témoignages et citations chocs se suivent sur des templates plus ou moins colorés. Et c’est là que les contributeurs anonymes de ces comptes livrent leur vérité et la partagent avec leurs followers. Mais quelles significations profondes peut-on trouver à ces actions ?

Quand il y en a marre…

La première raison, et la plus évidente pour expliquer ce phénomène de dénonciation en chaîne, c’est la lassitude. Entre insultes, comportements sexistes et harcèlement, les motivations pour contribuer, dénoncer et ainsi alimenter ces comptes ne manquent pas. 

"On pense souvent que les questions de harcèlement ou de discrimination sont des problèmes individuels, alors que c’est parfois le cadre même de l’organisation qui autorise de tels comportements. »

De plus, ceux-ci sont, aux yeux de certains, une manière de se mobiliser et ainsi d’apporter leur contribution pour que les choses évoluent positivement. Au-delà de la mobilisation collective pour pointer du doigt ce qui ne va pas, une place est également laissée aux personnes souhaitant apporter des témoignages contraires, permettant à chacun de se forger sa propre opinion. 

Et il se trouve que les individus ne sont pas les seuls à employer ce genre de démarche pour se faire entendre et mettre en lumière ce qui ne leur convient pas…

Les organisations ne sont pas en reste…

Bien que les voix d’individus rassemblés en collectif soient plus nombreuses à s’élever dernièrement, ces méthodes ne sont pas étrangères aux institutions et associations.

 S’il n’y avait qu’un exemple à citer pour étayer ce point, faisons un rapide retour sur un cas concret, en lien avec le domaine des RH ! Un petit indice  ? Si l’on vous parle de l’Index égalité femmes hommes, est-ce que cela vous rappelle quelque chose ? Eh bien, il s’avère qu’il y a quelques années, le Gouvernement lui-même a usé du name & shame pour dénoncer les mauvais élèves en matière de féminisation des instances dirigeantes. 

Et il n’est pas le seul à être coutumier du fait… En effet, historiquement, cette pratique est un moyen pour les associations et ONG de mettre en lumière des agissements peu éthiques. Dans leur ligne de mire ? Des entreprises à épingler sur des questions diverses : manque de transparence, greenwashing, discriminations à l’embauche… Les motifs ne semblent pas manquer pour passer à l’attaque mais que faire lorsque l’on se trouve de l’autre côté de la barre ?

Pour aller plus loin

Regarder le replay du webinar "name & shame : comprendre et réagir" du 21 avril dernier [réservé aux adhérents]

À Télécharger
Grand angle name & shame
195,61 Ko
Les intervenant(e)s
Mohamed Materi,
Avocat associé au sein du cabinet Fromont Briens
Lectures liées
Le magazine de l'ANDRH

Talent management : et si vous mettiez en place des voyages d'échange inter-entreprises ?

Nicolas Combes, DGA de la Saline royale d’Arc-et-Senans et président ANDRH Franche-Comté a mis en place dès 2015 des voyages d’échange de compétences inter-entreprises pour ses équipes. Aujourd’hui réalisés à l’échelle européenne et co-financés par Erasmus+, ces voyages de quelques jours sont l'occasion de monter en compétences et d'innover, à tous les niveaux. Un témoignage publié dans le magazine de l'ANDRH.

Communication & RH

Parcours "Marque Employeur, Objet Protéiforme Non Identifié ?"

Un jour, un contenu inédit pour enrichir votre marque employeur, inscrivez-vous vite au parcours dédié !

Le magazine de l'ANDRH

Témoignage : deux ans de crise sanitaire en DRH hospitalière

Pour le secteur hospitalier, les deux années qui viennent de s'écouler ont été particulièrement éprouvantes. Les équipes RH sont passées d'un quotidien de crise à la crise au quotidien. Témoignage de Clément Corriol Samia Ibegazene, Nicolas Delmas, Hélène Gendreau, Maïté Bouchez, Pierre Bosser du Groupement Hospitalier Universitaire AP-HP.Nord Paris Cité paru dans le magazine de l'ANDRH.