< Nos communiqués et annonces

Communiqué de presse

Rentrée des DRH : la loi Travail ne doit pas être l’arbre qui cache la forêt !

Résultats exclusifs du sondage « Loi Travail et maintenant ? » mené par l’ANDRH auprès de ses membres. Jeudi 8 septembre 2016. L’ANDRH livrait ce matin le point de vue des professionnels RH sur la dernière version de la Loi Travail, les priorités de mise en œuvre, l’anticipation des effets probables et l’identification de points de vigilance.
Pour Jean-Paul Charlez, président de l’association, « le temps n’est plus à la polémique mais à l’action et à la négociation au plus près des réalités de l’entreprise. Les RH sont confiants dans leur capacité à mettre en pratique de façon intelligente et responsable la loi Travail.» 

L’ANDRH, impliquée dans les consultations passées sur l’élaboration de la loi, va accompagner ses membres dans leur appropriation. Par ailleurs, Benoît Serre, vice-président, a rappelé que « 

La loi Travail ne doit pas faire oublier les autres chantiers qui animent la vie des DRH en cette rentrée, comme la transformation digitale, le développement des managers, l’amélioration des conditions de travail, le développement de politiques RH innovantes et inclusives, la pénibilité, la retenue de l’impôt à la source ou la dématérialisation et la simplification du bulletin de paie. »


« Loi Travail, et maintenant ? » principaux résultats du sondage 

Adressé par l’ANDRH à ses membres entre le 21 juillet et le 26 août 2016 sur le thème « Loi Travail, et maintenant ? » le sondage a recueilli les avis de 448 personnes. Une forte mobilisation en dépit de la période estivale et de la saturation du débat public qui permet de dégager les enseignements suivants :


  • Les DRH interrogés, accueillent l’article 2, au cœur de toutes les polémiques (devenu article 8) avec intérêt et pragmatisme. 

Il permettra de « rapprocher la négociation du terrain et de responsabiliser les partenaires sociaux », et tendra à donner plus de « souplesse » et de «réactivité » dans l’organisation du temps de travail. La vigilance est cependant de rigueur : les recruteurs identifient clairement des enjeux d’attractivité entre les entreprises d’une même branche en fonction des accords qui seront conclus. Les DRH interrogés sont partagés sur l’effet de la disposition relative aux accords majoritaires en fonction du contexte des entreprises et de la qualité de leur dialogue social. A 58%, les DRH interrogés considèrent que la signature des accords d’entreprise ne sera pas facilitée à court terme par la mise en place d’« accords majoritaires ». Cette évolution pour être positive nécessitera la construction de nouveaux équilibres, de nouveaux rapports de confiance et un professionnalisme accru de toutes les parties prenantes. 

  • Des branches moins nombreuses, oui ! … mais un ordre conventionnel à préciser au plus vite 

86% des DRH interrogés sont favorables à la réduction du nombre des branches selon les critères retenus dans la loi. Ils jugent prioritaire l’ouverture des négociations sur la « définition de l’ordre public conventionnel applicable dans leur branche » et fixant « les thèmes sur lesquels les accords d’entreprise ne peuvent être moins favorables que les accords conclus au niveau de la branche ». 

  • Les DRH n’attendent pas un « big bang » des clarifications retenues dans la loi sur le licenciement pour motif économique.

27% considèrent que les critères permettront une meilleure adaptation à la réalité de leur organisation, 29% y voient une amélioration de la sécurité juridique, 22% une simple clarification et 22% ne prévoient que « peu d’effet ». 64% des DRH interrogés considèrent que cette évolution ne favorisera pas le recours au motif économique plutôt qu’à un autre motif de rupture du contrat de travail.85% des DRH considèrent que les nouvelles dispositions relatives au licenciement économique ne vont pas favoriser les embauches. 64% des DRH interrogés regrettent que la dernière version de la loi n’ait pas retenu le périmètre national d’appréciation du motif économique, 

  • La réforme de « bon sens » de la médecine du travail

72% des DRH interrogés considèrent que la mise en œuvre de la réforme de la médecine s’inscrit dans une démarche de bon sens et qu’elle est une priorité. Vigilants sur les modalités d’application, ils considèrent que cette réforme devrait permettre de « désengorger les Services de Santé au Travail », « permettre aux médecins du travail d’effectuer leur tiers-temps de prévention », « se concentrer sur les salariés qui en ont le plus besoin et sur des missions où leur valeur ajoutée est la plus forte ». 

  • Le CPA, une idée d’avenir qui ne doit pas devenir une usine à gaz !

Les DRH, favorables au principe du CPA – Compte personnel d’activité (visibilité des droits, prise en compte de la discontinuité des carrières, démarche d’employabilité tout au long de la vie) mais échaudés par le DIF et le CPF seront très attentifs aux modalités concrètes qui seront proposées et continueront à être force de proposition. 

  • Le droit à la déconnexion sans une prise en compte globale de la transformation numérique peut apparaître comme un épiphénomène.

69% des répondants considèrent que le droit à la déconnexion n’est pas une priorité pour leur organisation, alors que la transformation numérique des organisations est bien une préoccupation majeure des DRH (  Baromètre Défis RH-ANDRH Inergie-Entreprise&Carrières juin 2016). 
La loi Travail ne doit pas faire oublier les autres chantiers des DRH en cette rentrée, notamment : 
  •  des sujets de fond comme le développement des managers, l’amélioration des conditions de travail, le développement de politiques RH innovantes et inclusives.
  • la poursuite de la mise en place des lois « Rebsamen » et « Macron »
  • des sujets plus techniques comme la pénibilité, la retenue de l’impôt à la source ou la dématérialisation et la simplification du bulletin de paie.

Lectures liées
Communiqués et annonces

Les lauréats de la 8eme édition du prix du DRH Numérique 2021 de l'ANDRH

Le prix du DRH Numérique de l’ANDRH, événement de référence de l’écosystème RH et digital, propose pour cette 8ème édition un nouveau format mettant à l’honneur l'innovation RH, l'inclusion numérique et l’écologie sous le prisme du digital.

Communiqués et annonces

Après l’hybride, quels enjeux du futur du travail pour l’entreprise ?

Deux ans après le début de la pandémie de COVID-19, l’ANDRH (Association Nationale des Directeurs des Ressources Humaines) et BCG publient la deuxième édition de leur enquête sur le futur du travail. Menée auprès de 588 professionnels RH français (DRH, responsables RH etc.) cette analyse les interroge sur l’impact de la crise et leur vision du futur du travail à horizon 2025.

Communiqués et annonces

Agenda social : les DRH ont la parole !

L’ANDRH révèle les résultats d’une enquête réalisée auprès de 359 décideurs RH sur le contexte social et économique des entreprises, l’organisation du travail, la rémunération, et l’actualité sociale.