← Actualités

Mobilité internationale des apprentis : le Q/R du ministère du Travail est en ligne !

La loi du 27 décembre 2023 vise à faciliter la mobilité internationale des alternants, pour un « Erasmus de l'apprentissage ». Le ministère du Travail a récemment publié un questions-réponses présentant les modalités entrées en vigueur et celles qui doivent être précisées.
Sommaire

Un cadre plus clair pour l'alternance à l'international

A la différence des étudiants, les alternants bénéficient du statut de salarié, une caractéristique qui confère des droits et des responsabilités spécifiques. La loi du 27 décembre 2023, axée sur la facilitation de la mobilité internationale des alternants, apporte des ajustements aux réglementations régissant leur statut lors des déplacements à l'étranger.

Cette législation prévoit notamment des modifications dans :

  • le financement de la mobilité par les opérateurs de compétences, 
  • le statut d'accueil des alternants étrangers effectuant une mobilité en France,
  • les modalités d'organisation, de mise en œuvre et de financement de l'apprentissage transfrontalier

Pour découvrir le questions-réponses du ministère du Travail, cliquez ici !

Pour aller plus loin

Photo : Canva
Lectures liées
Droit du travail

Replay - Congés payés & arrêt maladie : les nouvelles règles en pratique

Les salariés en arrêt maladie accumulent désormais des droits à congés payés pendant leurs arrêts de travail, qu’ils soient d’origine professionnelle ou non-professionnelle. Cette nouvelle loi « DDADUE », entrée en vigueur le 24 avril 2024, impacte fortement les pratiques en entreprise, les services des RH, et la gestion de la paie...

Droit du travail

Replay - Actualité sociale de juin 2024 impactant la pratique des (D)RH

A l'occasion de ce webinar, venez vous tenir informés des toutes dernières évolutions en matière de droit social.

Droit du travail

Que va changer la directive sur la transparence des rémunérations ?

La directive sur la transparence des rémunérations du 10 mai 2023 veut renforcer l’application du principe de l’égalité de rémunérations entre les femmes et les hommes, par une série de mesures dont le leitmotiv est l’information et la communication de données favorisant la transparence des rémunérations. La France a jusqu’en juin 2026 pour transposer dans notre droit national ces nouvelles dispositions. Décryptage de Géraldine Anstett, rédactrice en chef, Lefebvre Dalloz (initialement publié dans le supplément Droit social du magazine de l’ANDRH).