< Actualités

Abandon de poste et présomption de démission : où en est-on ?

Adoptée dans la loi " marché du travail ", la présomption de démission lors d'un abandon de poste prévoit que les salariés n’auront plus droit aux allocations chômage en cas d’abandon de poste. Décryptage.
Sommaire

De l’abandon de poste à la présomption de démission

La dernière loi « marché du travail » a inclus un nouveau mécanisme concernant l’abandon de poste : il pourra être assimilé à une « présomption de démission » et ainsi empêcher le versement d’allocations chômage.

A noter : la présomption de démission en cas d’abandon de poste n’est pas encore utilisable à l’heure actuelle ! Il faut en effet attendre la publication du décret, dont la date n’a pas encore été précisée.

Un risque de contentieux

En réalité, le risque contentieux est bien présent : en cas de contestation de son licenciement, le salarié concerné pourra ainsi porter sa cause devant les prud’hommes, en procédure accélérée. 

A l’issue, deux possibilités :

  • Le salarié est considéré comme ayant effectivement démissionné et ne perçoit pas d’indemnité chômage
  • Le salarié est considéré comme n’ayant pas démissionné (par exemple, en cas de faute grave de l’employeur) et pourra toucher les allocations chômage. L’employeur se verra alors contraint de verser des indemnités pour cause de licenciement sans cause réelle et sérieuse.

L’article L1237-1-1 indique ainsi que :
« Le salarié qui a abandonné volontairement son poste et ne reprend pas le travail après avoir été mis en demeure à cette fin, par lettre recommandée ou par lettre remise en main propre contre décharge, est présumé démissionnaire. Le salarié qui conteste la rupture de son contrat de travail sur le fondement de cette présomption peut saisir le conseil de prud’hommes. [...] Il statue au fond dans un délai d’un mois à compter de sa saisie ».

Pour aller plus loin

Photo : Canva
Lectures liées
Actualité sociale

Mémo ANDRH - Grève : 6 solutions pour anticiper et s'organiser

A la veille d'une nouvelle journée de mobilisation contre la réforme des retraites, mardi 31 janvier, de grandes perturbations dans les transports publics sont à prévoir. Pour maintenir leur activité et permettre aux salariés non-grévistes de travailler, les entreprises doivent anticiper et s'organiser. Quelles sont les solutions qui leur sont offertes ?

Droit du travail

Suivi du temps de travail des collaborateurs : l'essentiel à savoir

Le suivi du temps de travail des collaborateurs constitue une obligation légale pour l’employeur, que les salariés se trouvent au bureau ou en télétravail. La flexibilité de plus en plus importante du travail n’exonère pas l’employeur de cette obligation, et le conduit même à renforcer son contrôle afin de s’assurer que les durées maximales de travail ne soient pas dépassées par les salariés.

Droit du travail

Calendrier RH : vos dates clés pour 2023

Index senior, réformes des retraites, passeport de prévention, l’année 2023 va apporter son lot de changements et de temps forts pour la fonction RH ! Tour d’horizon des éléments et des dates clés à ajouter d’ores et déjà à votre calendrier.